C’est quoi la surcompensation en entrainement?

Vous avez peut-être déjà entendu parler de surcompensation en entrainement. A la différence des pro, les triathlètes amateurs, doivent intégrer le triathlon dans leur vie de tous les jours et tenir compte du contexte familial, professionnel, social, etc. Ce principe d’intégration est donc fondamental mais nous allons voir que le principe d’adaptation l’est tout autant.

Le stress permet de progresser…

L’idée, est d’augmenter la condition physique en vue de l’objectif. Il y a un lien de cause à effet entre le stress et l’adaptation. Chaque élément de stress induira une adaptation physiologique dans notre corps. Cette réaction de notre organisme pourra être positive ou négative pour notre état physique général et donc pour notre performance.

Lors de la préparation, il convient de gérer la charge d’entraînement (en termes de volume et d’intensité). Les trois disciplines du triathlon rendent les choses plus complexes. Il est donc important de bien placer les différents entraînements de manière à laisser le temps à l’athlète d’assimiler chaque séance.

Principe de surcompensation - Blog devenir triathlete

… à condition qu’il soit suivi d’une période de récupération

En effet, la clé du succès est d’induire un stress physiologique par l’entraînement, suivi d’un repos nécessaire pour l’organisme. De cette manière, si l’enchaînement des phases de stress et de récupération est bien dosé, l’athlète aura un gain de performance. C’est le principe de surcompensation.

Attention, le stress provoqué par la charge d’entraînement doit être géré et équilibré car il peut aussi devenir un stress négatif qui peut impliquer à terme de la fatigue chronique, de l’anxiété, voire même des blessures ou maladies. Bien entendu, cela ne veut pas dire non plus que certains entraînements ne seront pas durs à encaisser…

Une de mes athlètes m’a dit un jour: “J’étais fatiguée au milieu de la semaine, j’ai préféré ne pas faire les trois derniers entraînements…” En réalité, elle était dans une semaine avec une grosse charge d’entraînement, donc une fatigue probablement réactionnelle ! La semaine suivante était une semaine de récupération. C’est pourquoi il est important de bien se connaitre ou si l’on débute de bien s’entourer.

Le plan d’entraînement se compose de différents cycles. Un stress physiologique est nécessaire pour augmenter la condition physique.

Le stress physiologique doit être planifié

“Comme tout sport, il faut de la discipline et surtout une logique d’entraînement (des semaines évolutives et de récupération) pour progresser. Sans cela je pense qu’il est impossible d’évoluer et d’être productif dans son entraînement.”
Sophie, débutante en swimrun

Pour arriver en forme le jour de son épreuve, il faut passer par des périodes de charge, de récupération et de surcompensation. Quelques jours avant le jour J, c’est la période d’affûtage où l’objectif sera de diminuer la fatigue accumulée tout en conservant toutes ses capacités physiques. La durée de cette période variera en fonction de la distance de l’épreuve. Gardons en tête qu’il faut avant tout arriver frais pour le jour de la compétition!

Cet article est un extrait du livre Devenir Triathlète (dispo dans toutes les bonnes librairies).

Rejoignez le club

Ne manquez pas nos actus et astuces !

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Holler Box