#20 Jeudi 17/12 : Ohana : L’ultraSwim

Une marque est une personnalité.

Derrière chaque marque se cache une personne et une histoire.

Aujourd’hui, Olivier De Schutter passe de l’autre côté du micro et interview Ermanno pour en savoir plus sur l’Ultra Swim : les compétitions de longues distances en Eau Libre.

Pour en savoir plus sur la discipline : https://otilloswimrun.com/race_category/world-series.

Pour découvrir la marque, ses produits, ses valeurs et s’inscrire à la newsletter pour être informé du lancement de la campagne de financement participatif, RDV sur https://www.ohana.boutique.

À tout de suite pour votre 1ère commande !



📝 La retranscription de l’épisode

Ermanno: Bienvenue dans le podcast Devenir Triathlète. Je suis Ermanno et je serai votre hôte sur ce podcast. À mes côtés, Olivier De Schutter, le fondateur de la marque Ohana. Tous les jours, en cinq minutes, on vous explique comment lancer une marque de textile, de sport et comment performer dans le triathlon.

Olivier: On est jeudi, au programme on va parler natation encore une fois. Comment vas-tu Ermanno?

Ermanno: Salut Olivier. Je vais très bien. J’ai la chance de te voir en visio. Je crois que tu as beaucoup plus de chance que nous, parce que tes conditions climatiques sont bien au-delà de celles que nous avons en Europe.

Olivier: Effectivement c’était un petit peu le but. Après neuf mois à travailler sur la table de la cuisine, je me suis offert ce petit luxe de pouvoir venir travailler au soleil pendant quelques semaines et j’avoue que je suis assez content d’avoir pris cette décision.

Ermanno: Une décision comme ça peut peut-être te permettre d’aller vers la natation en eau libre, ce qui est plus compliqué de mon côté. En ce moment je me contente d’une seule séance par semaine le dimanche et encore aujourd’hui j’en suis qu’à deux. Je dois dire qu’il faut beaucoup de motivation pour aller dans une eau à 4 degrés.

Olivier: Alors ça je veux bien le croire. Il faudra que tu m’expliques comment tu fais pour aller nager dans une eau à 4 degrés. Donc aujourd’hui on va parler effectivement de nage en eau libre. Ermanno, est-ce que tu peux nous parler un petit peu plus de la discipline qu’est la nage en eau libre ? Je pense que la plupart des gens savent de quoi il s’agit, mais en quoi ça consiste, et quelles sont les disciplines et sous disciplines ?

Ermanno: Comme tu l’as dit, la natation en eau libre c’est assez facile à comprendre. L’objectif c’est de nager dans une étendue d’eau ouverte. Quand on parle d’eau libre, on veut dire soit en lac, soit en rivière, soit en fleuve, soit en mer. Après il y a quand même une certaine codification pour les disciplines, notamment qui est régulé par la FINA, la Fédération internationale de natation. Les distances communes sont 5, 10 et 25 km. Pour ceux qui n’ont pas forcément l’habitude de nager, ils doivent se dire que ça fait des sacrées distances. Oui, on a commencé à parler d’ultra il y a quelques jours, là on est dans l’ultra swim donc la nage beaucoup plus longue et beaucoup plus éprouvante en endurance, à savoir que y’a des championnats nationaux, des championnats du monde, mais pour l’instant la seule épreuve olympique de nage en eau libre c’est le marathon et il fait 10 km.

Olivier: Et pour ceux et celles qui nous écoutent pour avoir une petite idée, 10 km de nage en eau libre ça représente combien de temps ?

Ermanno: Ça représente à peu près 2h. Ce qui est un super temps quand même, ce sont des temps de très bons nageurs : 5 km à l’heure en natation, c’est pas mal.

Olivier: Oui c’est en tout cas mieux que ce que je peux faire, ça c’est sûr.

Ermanno: On a parlé un peu des distances. Il faut savoir que c’est quand même une épreuve relativement jeune. Les premiers championnats du monde ont eu lieu en 1991, donc ça fait pas si longtemps que ça. Ça fait 29 ans si je compte bien, mais nous n’en sommes qu’à la 19ème édition des Championnats du monde parce qu’on s’intercale aussi avec les Jeux olympiques. Ce qui fait que dans le monde de la natation ultra, enfin de la natation en eau libre sur des distances ultra, il y a quand même un petit peu de rencontres chaque année.

Olivier: Quand tu parlais tout à l’heure de nager justement dans une eau à 4 degrés. Est-ce que tu peux nous en dire un peu plus : quelles sont tes techniques à toi pour affronter justement ce froid ?

Ermanno: A vrai dire c’est beaucoup plus de la technique mentale que de la technique physique. Pour l’instant on s’est retrouvé avec quelques collègues du club des Master’s du Swimming de Luxembourg : un peu de motivation collective. On se retrouve à plusieurs et on se dit “allez, on y va, on est des warriors, on va se jeter à l’eau” évidemment avec une combinaison en néo ce qui permet de tenir le corps au chaud. Et puis on peut aussi avoir quelques accessoires, on en parlait d’ailleurs dans l’épisode de mardi sur la gamme de textile que peut proposer Ohana, il y a des petits bottillons en néoprène, il y a la petite cagoule en néoprène et les petits gants en néoprène. Et vu qu’on en est aux confidences, dimanche dernier j’ai donc été me jeter à l’eau avec mes collègues, on a fait cette fois-ci 1000m de natation ce qui n’était pas gagné parce que la semaine d’avant on avait juste fait 300m et j’avais les bottillons. J’avais évidemment la wetsuit, j’avais la cagoule, mais je n’avais pas de gants parce que je n’avais pas encore eu l’occasion d’en trouver. Et depuis j’ai le petit doigt de la main gauche qui est toujours un petit peu endolori. Alors je ne sais pas si j’ai été piquée par une petite bête ou si le doigts n’a pas encore décongelé mais en tout cas depuis que je suis sorti de l’eau j’ai le doigt un petit peu endolori, un petit peu sensible.

Olivier: Ah oui carrément. Je pense qu’on arrive à la fin de l’épisode. Par contre, ce que je propose c’est que demain on revienne un peu plus sur les différentes techniques d’entraînement puisque on sait que la plupart des piscines sont fermées. Bon ça dépend un peu des pays et des régions dans lesquelles vous vous trouvez, mais en ces temps de confinement c’est assez difficile de trouver des piscines pour s’entraîner. Donc on va voir justement comment est-ce qu’on peut s’organiser pour continuer à s’entraîner en natation, que ce soit à nager dans des eaux à 4 degrés ou il y a peut être même d’autres techniques aussi ? On verra ça demain.

Ermanno: Ok, écoute à demain. Effectivement on s’est décidé à observer une petite routine au niveau de nos épisodes. Et pour le vendredi on vous abreuvera de petit training tips, quelques idées pour vous entraîner, soit le week end soit dans des situations particulières, comme effectivement le fait que les piscines soient fermées en ce moment.


Send in a voice message: https://anchor.fm/devenir-triathlete/message

co-fondateur du podcast et co-auteur du livre DEVENIR TRIATHLÈTE
About the Author
Podcasts 🎙, SwimRun 🏊🏻🏃, prépa du défi Agrippa2022 et Papa x 4 enfants je cours après le temps, mes passions et mes petits amours.

Rejoignez le club

Ne manquez pas nos actus et astuces !

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Holler Box