#31 Vendredi 01/01 : Ohana : s’organiser : Optimiser ses journées

Pour finir la semaine et la série, Olivier nous donne quelques techniques pour optimiser son temps.

👉 Pour participer au Challenge, direction http://ohanatriathlon.club.

🖇 Pour découvrir la marque, ses produits, ses valeurs et s’inscrire à la newsletter pour être informé du lancement de la campagne de financement participatif, RDV sur https://www.ohana.boutique.

À tout de suite pour votre 1ère commande !



📝 La retranscription de l’épisode

Ermanno : Bienvenue dans le podcast Ohana  triathlon. Je suis hermano et je serai votre hôte sur ce podcast. À mes côtés, Olivier De Schutter, le fondateur de la marque Ohana. Tous les jours, en cinq minutes, on vous explique comment lancer une marque de textile de sport et comment performer en triathlon. Bonjour à toutes et à tous et bonne année. Non, je ne chanterai pas, je n’ai pas mes cotillons à côté de moi, mais en tout cas nous sommes le 1er janvier 2021. Olivier est toujours à mes côtés. Salut Olivier. Comment vas-tu? 

Olivier : Salut Ermanno ! Ça va très bien. Ravi de commencer cette nouvelle année. 

Ermanno : Pas trop embrumé de la fête d’hier soir? 

Olivier : Non, pas du tout. C’était plutôt calme.

Ermanno : Olivier, on a déjà passé une bonne semaine bien chargée, avec des bons gros épisodes, bien au-delà des cinq minutes que nous nous étions fixées au début de ce projet. Alors on va essayer de traiter le sujet du jour beaucoup plus rapidement. Nous voulions aborder dans cet épisode du vendredi dédié au training type les types, justement, les petits trucs et astuces pour les triathlètes très, très, très occupés comme tu l’es. J’en suis persuadé. Et pour ça, eh bien, tu as encore préparé quelque chose en trois étapes. Es- ce que tu peux nous parler pour toi de ce sujet, de l’organisation, pour les triathlètes très occupés ?

Olivier : Alors je vais revenir sur la raison pour laquelle je parle de ces triathlètes occupés. C’est pour moi un sujet, évidemment, qui me tient à cœur parce que j’ai moi même travaillé pas mal sur ce sujet là en étant triathlète, forcément ça s’adapte plutôt bien. J’avais pour objectif justement d’écrire sur le sujet, que ce soit des articles ou la préparation d’un ebook, notamment. Et donc dans ce cadre là j’ai interviewé une bonne centaine de triathlètes de par le monde. J’ai reçu énormément de réponses qui étaient très intéressantes. Ça m’a permis aussi d’établir certaines tendances et de comprendre quelles étaient les meilleures pratiques des triathlètes dits “occupés”. Même si pour certains c’est un oxymore, j’ai pu identifier certaines tendances, certaines bonnes pratiques qui sortaient de manière systématique. Je voudrais vous partager trois routines qui ressortent le plus souvent et donc les routines finalement du matin, du midi et du soir.

Ermanno : Peut-être juste avant que tu ne nous partage ses routines, moi j’ai eu un extrait de l’ebook que tu as commencé à écrire entre les mains et il y a quand même une réponse que l’on t’a faite qui m’a beaucoup fait rire. Tu as même eu une personne qui a suggéré de divorcer, d’être licencié et de vendre les enfants?

Olivier : Tout à fait, effectivement, ça fait partie des réponses que j’ai eues. Bon, c’est peut être un petit peu extrême, un petit peu radical comme comme mesure. On va essayer d’implémenter quelques petites routines qui vont quand même vous permettre d’éviter d’arriver à ce cas de figure. 

Ermanno : Plus sérieusement, revenons un peu au sujet du jour. Tu nous parles de 3 routines. Allez, on va commencer par la première routine : celle du réveil, celle du matin. Je pense que si vous êtes déjà triathlète, vous êtes probablement pas sans savoir que l’on a tendance à se lever un peu plus tôt que la normale pour justement s’entraîner, ou en tout cas pouvoir avancer sur d’autres tâches pour justement dégager un petit peu de temps plus tard dans la journée. Ce que j’aime bien le matin dans le fait de me lever tôt, c’est de pouvoir justement effectuer mon petit rituel. En général, je commence premièrement à faire mon lit, pas laisser le lit tel quel. Il y a un bouquin justement sur le sujet qui s’appelle “Si tu veux changer le monde commence par faire ton lit” et en fait ça permet tout simplement d’avoir accompli une première tâche sur la journée et donc de commencer la journée avec justement cette sensation d’avoir accompli quelque chose et d’avoir pu progresser dans notre journée. 

Ermanno : Je te remercie pour cette technique là. Déjà, c’est réglé. Mon épouse se lève après moi, donc c’est elle qui fait le lit, suivante ?

Olivier : Du coup, il faut que tu trouves autre chose à accomplir au lever haha. Ensuite, quelque chose qui est assez important pour moi, alors si on a du mal à se réveiller le matin c’est quelque chose qui peut aider pas mal, c’est tout simplement d’aller se brosser les dents. C’est un peu bête. 

Ermanno : Merci Olivier. Je dois me brosser les dents le matin haha.

Olivier : Mais en fait, si vous le faites au lever du lit c’est une action qui en fait très machinale, très répétitive, mais qui permet de se réveiller. Ça permet de créer un peu de mouvement, ça permet au corps de se réveiller. Ce sont les deux minutes dont vous avez besoin pour passer du stade je suis encore endormi et je suis à deux doigts de me rendormir dans mon lit au stade je me suis réveillé parce que mon corps est rentré en mouvement et donc j’ai pu me brosser les dents. Ensuite boire un verre d’eau, donc un grand verre d’eau. Finalement, pendant la nuit on se déshydrate énormément donc c’est pour ça que c’est important de pouvoir se réhydrater le matin. Souvent, il y a beaucoup de gens qui se plaignent d’être fatigués ou d’avoir mal de tête. En fait très souvent, ces maux de tête ou ces sensations de sommeil viennent du simple fait qu’on est pas suffisamment hydraté. Donc commencez votre journée par boire un grand verre d’eau, si possible tiède, c’est mieux pour l’organisme. Vous savez peut-être de l’eau très froide, ça va vous faire un choc si vous voulez. Optez plutôt pour un verre d’eau tiède. Alors si c’est si ça fait partie de votre planning, évidemment, poursuivez avec un entraînement sportif. Si vous le faites tôt le matin, moi j’aime bien faire des entraînements plutôt de basse intensité. Ça va prendre un petit peu de votre plan d’entraînement mais c’est quelque chose que j’aime bien faire le matin. Alors profitez-en aussi pour faire une petite séance de mobilité, séance d’étirements, ça peut être une séance de yoga aussi, qu’on termine par quelques minutes de méditation. C’est quelque chose qui fait beaucoup de bien encore une fois. Je vous donne toute une série de choses à faire mais vous n’êtes pas obligé de toutes les faire, évidemment. Chacun va adapter ça un peu comme il le souhaite mais voilà, ce sont des pistes. Et la dernière piste que j’aimerais vous donner ici pour le rituel du matin, c’est de planifier votre journée et de visualiser votre journée et donc de vous définir déjà quels sont vos trois objectifs clés sur la journée? Qu’est ce que vous aimeriez avoir accompli d’ici la fin de la journée? Que ce soit au niveau sportif ou au niveau professionnel? Je pense que ce sont en tout cas plusieurs pistes de réflexion à faire dès le matin, c’est le moment où vous n’êtes pas encore dans les soucis de la journée, dans les problèmes que vous avez pu rencontrer au niveau professionnel par exemple. Vous êtes encore vierge, d’une certaine manière, donc profitez de ce moment-là. Profitez de cet état d’esprit.

Ermanno : En tout cas, moi, je suis bien content de voir qu’encore une fois, on n’a pas parlé précédemment, nous sommes sur la même longueur d’ondes puisque le matin en général, je l’ai dit tout à l’heure sur le ton de la blague, mais mon épouse se réveille après moi, je me réveille d’assez bonne heure, je me nettoie le visage à l’eau fraîche et j’enchaîne par la pose de mes lentilles. Et puis, après un grand verre d’eau avec un grand jus de citron et le petit déj, je prépare le petit déj pour tout le monde sur le plateau. En général, je fais une petite tournée de linge, le lave vaisselle et c’est parti pour la journée après avoir enchaîné avec quelques mouvements de mobilité, un peu de stabilisation, quelques pompes, quelques abdos. Donc voilà, nous sommes dans le rituel du matin, c’est parfait. Je suis rassuré j’ai, sans le savoir, adopté tes stratégies suivies tes bons conseils. Au delà de la matinée, au delà du matin, au delà de la phase, la première phase de la journée, nous avons la période du midi. Et qu’est-ce que tu nous conseilles à ce moment-là? Sur la période du midi ?

Olivier : En semaine, pour quelqu’un qui travaille des heures de bureau un peu classique sur l’heure du midi, c’est une opportunité pour beaucoup de triathlètes d’aller s’entraîner, justement. En général, c’est des sorties plutôt courtes, évidemment, mais ça a le grand avantage que ce sont des entraînements ni vu ni connu pour votre entourage. C’est-à-dire que vous partez le matin, hors confinement bien entendu, vous partez le matin pour aller bosser et vous revenez en fin de journée. Que vous ayez passé votre pause de midi à discuter avec les collègues ou vous entraînez, ou même à vous entraîner avec les collègues, c’est encore mieux, finalement votre entourage proche, votre cercle familial ne s’en rendra même pas compte. Donc c’est pour ça que c’est quelque chose qui est très apprécié de beaucoup de triathlètes et c’est vrai que dans les différents entretiens que j’ai pu faire, c’est quelque chose qui revenait très régulièrement.

Ermanno : On a vu la matinée, on a vu le midi. Il nous reste plus qu’à voir le moment du soir.

Olivier : Je ne vais pas tellement revenir sur les entraînements parce que je pense que ça va un petit peu de soi, c’est souvent un moment assez propice pour s’entraîner. Je vais plutôt me concentrer sur le moment du coucher en tant que tel : comment est-ce qu’on va faire pour garantir un sommeil de bonne qualité ? Parce que finalement au plus votre sommeil sera de qualité, au plus il sera réparateur, donc au plus vous allez forcément améliorer vos performances sportives, mais vous allez pouvoir aussi gagner du temps puisque vous allez pouvoir dormir de manière peut-être un peu plus intense, et donc être plus en forme le lendemain. Ici ce que je peux vous suggérer, c’est ce que vous suggère du coup la majorité des triathlètes puisque encore une fois toutes ces bonnes pratiques je ne les invente pas, alors c’est de manger au minimum deux heures avant le coucher. Donc si vous prévoyez de vous coucher à 22 heures, manger avant 20 heures, ça vous permet de garantir une meilleure digestion puisqu’il faut savoir qu’on digère mieux quand on est réveillé, en tout cas quand on est en position debout ou assise plutôt que couché. Déjà, c’est une première chose. L’autre, ce serait d’arrêter les écrans. Alors quand je parle d’écrans je parle de téléphone, je parle de tablette, d’ordinateur ou de télé. Ce qu’il faut savoir c’est que le cerveau sécrète de la mélatonine qui est l’hormone du sommeil. Donc c’est cette petite molécule qui va finalement susciter cette envie, ce besoin de sommeil chez vous. Et elle est très fortement liée à la lumière à laquelle vous allez être exposée, donc à la lumière du jour qui est en fait assez similaire à la lumière des écrans qui est une lumière bleue, c’est une lumière qui va interrompre la production de mélatonine. C’est pour ça que de manière générale on est un peu plus fatigué le soir quand il fait noir et le matin parfois si on est on allé se coucher un petit peu tard et ben on va se rendre compte que parfois, on a besoin de sommeil, on aimerait encore dormir davantage. Mais il fait jour et on ne parvient pas à dormir parce qu’il fait jour. C’est quelque chose qui vous est probablement déjà arrivé, et bien c’est normal ça a une explication : c’est parce que cette lumière a interrompu la production de mélatonine. Et donc le fait d’utiliser vos écrans, en tout cas d’être exposé à un écran, moins de deux heures avant d’aller se coucher, c’est quelque chose qui va affecter la qualité de votre sommeil.

Ermanno : Je comprends mieux maintenant pourquoi toi tu as plus de patates que moi en ce moment puisque toi tu es au soleil alors que nous nous sommes en Europe. Sous un ciel bien gris et bien nuageux, il fait presque nuit. 

Olivier : Cela veut dire que tu as déjà sommeil à 16 heures, c’est ça ? 

Ermanno : Nos auditeurs ne le voient pas mais je bail, je bail, je bail haha. 

Olivier : Blague à part, tu as tout à fait raison. Oui, c’est vrai que l’obscurité en hiver impacte énormément notre corps, bien sûr, mais aussi notre mental. Donc effectivement, c’est quelque chose qui est tout à fait vrai. Personnellement, je le sens aussi beaucoup ici puisque je suis en Colombie et que j’ai du soleil à peu près tous les jours, en tout cas pour des durées un peu plus longues que dans l’hiver en Europe en ce moment, et je sens effectivement qu’il y a une autre énergie et que je me sens plus en forme. La lumière a effectivement un impact là dessus et c’est quelque chose qui se confirme aussi quand on regarde par exemple le taux de dépression ou d’alcoolisme et de suicide dans des climats proches du pôle Nord. Que ce soit en Alaska ou en Scandinavie ou en Sibérie, où la population a parfois des journées très courtes, où ils peuvent rester six mois dans le noir, je sais que c’est quelque chose qui a énormément d’impact justement sur la santé mentale. Bref parenthèse à part, je disais donc préparer le coucher et donc ça se fait 2 heures avant l’endormissement, que ce soit en termes de digestion ou en termes d’exposition aux écrans. Et alors pour terminer, puisqu’on est encore une fois un petit peu plus long que d’habitude, ce que je peux vous recommander c’est de laisser votre téléphone en dehors de la chambre. Ça va vous éviter tout simplement d’être exposé à l’écran c’est simple, mais ça va aussi vous éviter d’être tentée, finalement, de prendre votre téléphone et de commencer à lire vos mails, à regarder vos notifications et votre et votre fil d’actualité Facebook dès le réveil. Donc je reviens au rituel du matin. Essayez plutôt d’implémenter justement un rituel où vous allez être dans une optique d’accomplissement, dans un mode productif, plutôt que simplement être trop passif et être réactif à ce qui va arriver.

Ermanno : OK Olivier, merci encore pour toutes ces bonnes idées, ces bonnes solutions, ces bonnes stratégies à mettre en place pour pouvoir gagner du temps et mettre ce temps à profit de nos entraînements. On aura donc bien noté cette semaine qu’il était réservé à la productivité et à l’efficacité opérationnelle et organisationnelle d’un triathlète que tu nous conseilles de laisser nos téléphones de côté, d’éteindre toutes les notifications et de se concentrer sur les choses vraiment importantes de notre vie et de notre entraînement. C’est à peu près comme ça qu’on résume ces sept heures de podcast de la semaine.

Olivier : Oui, tout à fait, c’est à peu près ça. Je pense qu’il y a encore beaucoup de choses qu’on pourra traiter. Mais voilà comme on l’a dit, avec un peu de chance on sera encore là dans un an et je pense que ce sera l’occasion, effectivement, au rythme d’un épisode par jour, d’aborder tous ces sujets.

Ermanno : Parfait écoute la semaine prochaine, on a décidé de parler à nouveau de triathlon, de l’histoire du triathlon et au-delà même de passer sur l’ultra triathlon avec les différents records et autres. Donc on vous donne rendez-vous la semaine prochaine pour un nouvel épisode. Et puis d’ici là, on a passé un très, très bon week end de nouvelle année 2021 et on vous présente encore tous nos vœux.


Send in a voice message: https://anchor.fm/devenir-triathlete/message

co-fondateur du podcast et co-auteur du livre DEVENIR TRIATHLÈTE
About the Author
Podcasts 🎙, SwimRun 🏊🏻🏃, prépa du défi Agrippa2022 et Papa x 4 enfants je cours après le temps, mes passions et mes petits amours.

Rejoignez le club

Ne manquez pas nos actus et astuces !

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Holler Box