#282 Que se passe-t’il dans les coulisses d’Ironman ? Avec Thibault Vellard

ūüĎČ Bosser chez IRONMAN, √ßa vous donne envie‚ÄĮ?

Depuis 1978, IRONMAN nous fait r√™ver. √Ä l’origine, c’√©tait une course pour mettre tout le monde d’accord sur qui √©tait l’athl√®te le plus balaise au monde… ūüĎä

Aujourd’hui, c’est toujours le cas √† la simple diff√©rence que le format a attir√© quelques curieux et curieuses entre temps. Devenu le plus gros labels de triathlon dans le monde, le groupe IRONMAN compte d√©sormais plusieurs centaines de courses dans les sports d’endurance et dans le monde entier. ūüĆé

Alors pour d√©couvrir le label de plus pr√®s, qui de mieux placer que le directeur g√©n√©ral de IRONMAN France, Thibault Vellard ? ūüĎÄ

ūüĒé Apr√®s un d√©but de carri√®re chez A.S.O. (Amaury Sport Organisation) o√Ļ il a fait ses gammes dans l’organisation sportive, il rejoint le groupe IRONMAN en 2016 puis devient directeur r√©gional en 2021.

Alors forc√©ment, on avait pleins de questions…
ūüßź Comment √ßa se passe l’orga d’un IRONMAN ?
ūüßź Sur quelle course s’inscrire pour gagner un slot √† Hawa√Į ?
ūüßź Comment faire pour postuler chez IRONMAN ? 
On lui a un petit peu saut√© dessus pour lui poser toutes nos questions et √ßa devrait en int√©resser plus d’un…

ūüĖá Et pour en savoir plus et pour suivre notre invit√© sur LinkedIn, c’est ici.

‚ö†ÔłŹūüďó Notre livre ¬ę¬†Devenir Triathl√®te¬†¬Ľ est en commande ici ūüďó‚ö†ÔłŹ


Ce podcast, co-animé par Olivier DE SCHUTTER et Ermanno DI MICELI est proposé par OHANA Triathlon , et vous accompagne dans votre démarche pour Devenir Triathlète !

ūüĖá N’oubliez pas de laisser une revue : https://ratethispodcast.com/ohana

ūüĖá Et pour (re)lire les notes de tous les √©pisodes, recevoir toutes les actus et des recommandations exclusives, abonnez-vous √† la newsletter ! C‚Äôest par ici (en bas de chaque page) : https://www.devenirtriathlete


ūüďĚ La retranscription de l’√©pisode

Ermanno : Salut les sportifs c’est Ermanno et je suis tr√®s heureux de vous recevoir √† nouveau sur un nouvel √©pisode du podcast devenir triathl√®te. √Ä mes c√īt√©s, Olivier De Schutter, et nous avons un invit√© de marque puisque pour parler triathlon, on parle rarement de triathlon sans parler d’Ironman et nous avons un repr√©sentant du triathlon Ironman √† savoir Thibault. Salut Thibault ! 

Thibault : Bonjour à tous les deux !

Ermanno : On a une tradition dans ce podcast, c’est de laisser la main √† notre invit√© pour se pr√©senter en quelques mots, donc dis-nous tout : qui est Thibault ? Quel √Ęge as-tu ? Que fais-tu dans la vie ? On l’aura compris tu repr√©sentes Ironman mais je vais te laisser faire ta pr√©sentation. Et puis question classique aussi pour les sportifs que l’on re√ßoit : quel est ton premier souvenir de sport ?

Thibault : H√© bien, pour me pr√©senter rapidement je m’appelle Thibault Vellard, j’ai 36 ans, papa de 2 enfants en bas √Ęge, ce qui est probablement la pire situation pour faire du triathlon. 

Ermanno : J’en ai 4, alors je connais haha.

Thibault : Je compatis haha. √áa fait donc une quinzaine d’ann√©e que je travaille dans l’univers du sport, je suis pass√© par chez A.S.O, pas forc√©ment en touchant le triathlon parce qu’√† l’√©poque il n’y avait pas le Garmin Triathlon Paris mais beaucoup plus sur la course √† pied et le Marathon.

Ermanno : Alors, on va le rappeler pour ceux qui ne conna√ģtraient pas A.S.O, c’est entre autre ceux qui organisent le semi de Paris, le Marathon de Paris, le Marathon des Sables…

Thibault : Non, pas le Marathon des Sables, c’est quand m√™me le Tour de France avant tout. 

Ermanno : Oui c’est vrai, autant pour moi.

Thibault : L√† on est sur un autre sport mais oui, c’est Tour de France Dakar, et apr√®s ils ont beaucoup de course √† pied, tu les as cit√©es : principalement le Marathon et le Semi de Paris qui sont les 2 gros √©v√®nements.

Ermanno : Oui autant pour moi, j’ai confondu le Marathon des Sables avec le Dakar. Je savais qu’il y avait un truc dans le sable haha.

Thibault : Il y avait un truc dans le sable effectivement, c’√©tait pas tr√®s mal avec des voitures et des camions plut√īt qu’√† pieds. Donc pour revenir, 8 ans pass√©s chez Amaury Sport Organisation, ensuite je suis all√© √† Singapour pour g√©rer le Marathon de Singapour via une petite agence qui par la suite s’est faite racheter par Ironman en 2016. C’est comme √ßa que je suis devenu salari√© d’Ironman, je suis rest√© 5 ans √† Singapour et je suis rentr√© en France en 2019. D’abord par une fonction commerciale et depuis maintenant un an je suis directeur r√©gional pour la France, le Benelux et une partie de l’Afrique Moyen-Orient pour le compte d’Ironman. 

Ermanno : Alors, quand tu parles de directeur r√©gional on entend r√©gion au sens plut√īt commercial mais pas au sens r√©gion fran√ßaise, on est sur la r√©gion comme tu l’as dit : une partie de l’Afrique.

Thibault : Oui, Ironman est d√©coup√© comme la plupart des entreprises on va dire, c’est-√†-dire que tu vas avoir Am√©rique du Nord, Sud, ensuite la grosse r√©gion EMEA qui est donc Europe, Middle East Africa, √† laquelle je suis rattach√©. Du coup, j’ai France et Benelux qui font partie de l’Europe, et pour Middle East Africa j’ai Oman et le Maroc o√Ļ pour l’instant nous avons des √©v√©nements. Donc √™tre directeur en gros √ßa veut dire : veiller √† ce que les √©v√©nements se passent bien, g√©rer les √©quipes, et pourquoi pas faire grossir le nombre d’√©v√©nements, la qualit√© des √©v√©nements, et tout ce qui peut graviter autour de ces √©v√®nements. 

Olivier : Bon je rentre en plein dans le sujet : l’Ironman de Belgique c’est pour quand ?

Ermanno : Ha bah j’allais poser la question tu vois !

Thibault : M√™me pas eu le temps de me poser que je me fais d√©j√† attraper haha. √Čcoute on y est, on y travaille, c’est vrai que c’est une anomalie on √©tait pr√©sent en Belgique y’a plus de 10 ans maintenant, c’√©tait du c√īt√© d’Anvers il me semble.

Olivier : Oui, c’√©tait un semi ?

Thibault : Oui c’√©tait un semi, alors on va y aller step by step mais d√©j√† la pr√©sence d’Ironman en Belgique c’est je pense pour bient√īt, on y travaille fortement parce que c’est ce que je disais, c’est une anomalie de pas y √™tre. C’est un pays quand m√™me central en Europe, une √©norme culture sport, endurance et triathlon avec quand m√™me 2 champions du monde. En ratio population champion du monde Ironman c’est quand m√™me je pense le top. Donc clairement, il y a quelque chose √† faire l√†-bas.

Ermanno : J’en profite, je mets aussi les pieds dans le plat du coup, au Luxembourg on a un 70.3, half, semi, √† quand le full, s’il te pla√ģt ? 

Thibault : Haha, doucement. 

Ermanno : Alors tu auras compris, il y a un belge et un Français qui vit au Luxembourg, donc on commence déjà à mettre les pieds dans le plat, on pose nos questions haha.

Thibault : Il faut y aller molo, aujourd’hui il y a un bel √©v√®nement au Luxembourg qui est bien install√©.

Ermanno : Oui √ßa fait une dizaine d’ann√©es que 70.3 est l√†.

Thibault : Ouais, 3100 inscrits pour cette √Čdition 2022 qui aura lieu au mois de juin, donc c’est plut√īt pas mal. Apr√®s il faut aussi faire en sorte que le march√© soit pr√©sent, est-ce que si on ouvre un full au Luxembourg, √ßa r√©pondra pr√©sent ? Sachant qu’on a des √©preuves en Allemagne, on a des √©preuves en France, une au Pays-Bas qui est pas tr√®s loin √† Maastricht. Voil√†, il faut faire attention √† tout √ßa et pas se dire ¬ę¬†tiens, il y a peut-√™tre une opportunit√©¬†¬Ľ, il y a beaucoup de choses √† √©tudier avant de se lancer, mais en tout cas on y travaille vous inqui√©tez pas, on est au Luxembourg et on sera un de ces jours en Belgique. 

Olivier : Ça marche, bon désolé de te sauter dessus comme ça, dès le début, revenons en à ton parcours du coup haha. Donc tu disais, France/Benelux ?

Thibault : Oui, et aujourd’hui principalement la France parce que c’est l√† ou on a le plus grand nombre d’√©v√©nements. La Belgique, on vient d’y passer un peu de temps dessus, et pour l’instant on a rien. Les Pays-Bas on a 2 week-ends √† Westfield Land et √† Maastricht. Le Luxembourg on a effectivement un 70.3 qui arrive bient√īt puisque c’est courant juin. Et ensuite un peu plus au Sud donc les licences au Moyen-Orient avec Oman et Maroc pour l’Afrique du Nord, simplement parce que l’Afrique du Nord a une logique culturel et linguistique puisqu’√©videmment elles sont plus proches de la France, donc c’est logique que ce soit g√©r√© ¬ę¬†depuis la France¬†¬Ľ.

Ermanno : Alors √† ce micro il y a quelques mois, √ßa fait longtemps d√©j√†, on a eu Marie Leautey, je sais pas si tu connais, alias Lootie Runner qui est en train de faire un tour du monde en courant, et qui nous disait qu’elle avait particip√© aussi au lancement d’Ironman en Gr√®ce, √ßa √ßa fait pas partie de ta zone commerciale ?

Thibault : Non en effet, mais effectivement je sais pas si vous connaissez un peu le mod√®le Ironman, au d√©part on √©tait vraiment sur ce qu’on appelle de la franchise, o√Ļ un op√©rateur local pouvait acheter la marque Ironman et l’utiliser dans son pays, depuis une quinzaine d’ann√©es le mod√®le a compl√®tement bascul√© puisqu’on est propri√©taire et organisateur de nos √©v√©nements on va dire sur la quasi-totalit√© du globe sauf les pays o√Ļ c’est encore nouveau ou c’est peut-√™tre un peu moins stable ou plus compliqu√© on va dire politiquement ou √©conomiquement. Et donc dans ces pays-l√† on fonctionne en franchise. Apr√®s √ßa fonctionne aussi en opportunit√©. Donc en Gr√®ce on est encore sous forme de franchise, ce qu’on appelle une licence aussi en interne, au Maroc et √† Oman c’est une licence, alors qu’en Europe de l’Ouest on est vraiment propri√©taire et organisateur de nos √©v√©nements, donc le business est assez diff√©rent selon les pays dans lesquels on est. 

Ermanno : La diff√©rence justement que ce soit un Iron Man sous licence o√Ļ que ce soit vous qui op√©rez en tant que propri√©taire du label et des comp√©titions, c’est quoi ? C’est que finalement ceux qui vont organiser les courses dont vous √™tes propri√©taires c’est des salari√©s de la soci√©t√© Ironman ?

Thibault : Exactement, c’est-√†-dire que toi en tant qu’athl√®te tu n’as pas √† te soucier si c’est un √©v√©nement qui est organis√© par un licencier ou par Ironman, puisque tu vas participer √† l’Ironman 70.3 de je-ne-sais-o√Ļ et tu dois retrouver les m√™mes standard et la m√™me qualit√© d’organisation, et le m√™me effet waouh quand tu viens faire un Iron Man qu’est-ce que c’est g√©n√©ralement pour √ßa qu’on va en faire un. 

Ermanno : Ah c’est pas pour la difficult√© de l’√©preuve ? Ah mince. 

Thibault : Haha, et aussi pour la difficult√© de l’√©preuve. Mais en soi oui la diff√©rence, tu l’as mentionn√©e. C’est-√†-dire que moi je suis salari√© d’Ironman, donc quand je dis propri√©taire de l’√©v√©nement c’est en effet The Ironman Group qui est propri√©taire et ce sont donc nous les salari√©s qui organisons les √©preuves. Quand c’est un licencier, ils ach√®tent le droit d’organiser, maintenant nous, je te parlais des pays comme l’Oman, le Maroc ou m√™me les Pays-Bas d’ailleurs, au quotidien je suis en contact avec eux, j’ai mes √©quipes op√©rationnelles toi aussi en contact avec eux, on essaie de les guider, de les aider, maintenant sur le terrain ce sont eux qui vont op√©rer l’√©v√©nement, qui vont le livrer avec notre aide en tant que garde-fou de la marque, pour faire en sorte qu’ils fassent pas n’importe quoi. C’est-√†-dire que toi quand tu vas faire l’√©v√©nement Ironman A ou B tu dois avoir exactement la m√™me exp√©rience donc retrouver sur les ravitaillements le m√™me ordre, et ce sont des guide-lines et des r√®gles qu’on applique sur l’ensemble de nos √©v√©nements, donc nous notre r√īle c’est de faire en sorte que les licenci√©s applique ses r√®gles-l√† pour que vous, athl√®te, ne voyez aucune diff√©rence. Il est juste l√†, apr√®s l’√©v√©nement reste un √©v√®nement Ironman et il y a aucune diff√©rence entre un Ironman √† Maastricht et un Iron Man √† Vichy.

Ermanno : Si ce n’est peut-√™tre le terrain ou la m√©t√©o. 

Thibault : √Čvidemment haha. Les distance c’est pareil.

Olivier : Mais il y a une marge non ? 

Thibault : Il y a une marge d’erreur effectivement. On est pas sur un label  FFA o√Ļ un Semi Marathon √ßa doit √™tre 21,097 √† 1% pr√®s. Non, c’est-√†-dire que quand il va y avoir 1500m de d√©nivel√© sur un 70.3, retirer 1 km ou 1,5km au v√©lo, bon d√©j√† √ßa commence √† faire mal aux pattes, on a une certaine tol√©rance. Apr√®s √† nous aussi de faire en sorte que les distances soient appliqu√©es partout de mani√®re √©quitable sur l’ensemble de nos √©v√®nements.

Olivier : Et du coup quelle est la diff√©rence pour toi entre l’organisation d’√©v√®nements de course √† pied et de triathlon ? Puisque niveau logistique d√©j√† √ßa doit pas mal changer, c’est quoi les grosses diff√©rences pour toi ? 

Thibault : Je ne vais pas dire que √ßa n’a rien √† voir parce que ce serait mentir, j’ai travaill√© sur des √©preuves course √† pied dites ¬ę¬†de masse¬†¬Ľ parce qu’on parle de entre 20 000 et 60000 personnes en course √† pied. √Čvidemment en triathlon 60 000 personnes…

Ermanno : Ah bah ça va faire de sacrés Rolling start, pendant 3 jours haha.

Thibault : C’est de la science fiction haha. Du coup, le volume d’athl√®te n’a absolument rien √† voir dans sport √† l’autre. Ce qui fait que m√™me si les attentes sur un triathlon et notamment sur un Ironman sont beaucoup plus hautes parce que le prix du dossard est plus √©lev√© donc forc√©ment les athl√®tes ont des attentes assez √©lev√©es. En revanche quand tu fais une petite erreur, √ßa peut arriver c’est notre m√©tier on fait du live donc on est sans filet, tu as le temps de la corriger sur un Ironman, et √ßa peut affecter peut-√™tre 5 ou 10 personnes le temps de corriger cette erreur. Sur un Marathon o√Ļ tu as 50 000 personnes, la moindre br√®che devient un gouffre qui impacte tout de suite des dizaines de milliers de participants. Il y a une telle densit√©, qu’il y a un niveau de stress vraiment encore un cran au-dessus. Alors oui la dur√©e de l’√©preuve sur un marathon tu vas √™tre s√Ľr 8h, √©quivalent peut-√™tre √† un 70.3, alors que sur un full tu vas √™tre √† 18h30 puisqu’il y a le rolling start. Donc effectivement la dur√©e est bien plus importante sur un full, mais je pense que le stress sur un marathon o√Ļ il y a 50 000 participants est d’une telle intensit√© que tu prends 10 ans en 2/3 √©ditions de marathon.

Ermanno : On est bien d’accord quand tu pars de dur√©e des √©preuves tu parles pas de la dur√©e la plus longue du comp√©titeur le plus ¬ę¬†lent¬†¬Ľ, tu parles pour vous organisateurs √† partir du moment o√Ļ le matin tu ram√®nes les caf√©s √† tes √©quipes jusqu’au soir o√Ļ tu vas les border, √ßa peut durer parfois √† 18h/20h.

Thibault : C’est √ßa. Et du coup c’est pas la m√™me approche. Et le marathon va √™tre en pleine ville, donc on a un temps d’installation qui est hyper court. √Ä part √† Nice o√Ļ on est en plein centre-ville, il y a des choses qu’on doit faire en pleine nuit, le reste du temps on a quand m√™me pas mal de temps pour s’installer, on est l√† sur un 3/4 jours pour monter. √áa repr√©sente beaucoup de travail, une grosse intensit√©, mais c’est beaucoup moins condens√© je trouve qu’un √©v√©nement en cŇďur de ville de Metropole o√Ļ il y a des centaines de milliers d’habitants, o√Ļ tu dois √† tout installer, tout d√©m√©nager en un temps record, je trouve que cette approche est diff√©rent. Apr√®s en triathlon tu as trois sports √† g√©rer donc tu es vraiment partout dans la nature, tu dois avoir des √©quipes qui sont partout parce que tu peux pas d√©multiplier les gens et g√©rer √† la fois le swim et et le bike parce que quand il y en a qui nagent il y en a d’autres qui sont d√©j√† en train de rouler. Il faut s’armer pour √™tre pr√™t pour g√©rer chaque discipline, sachant que la transition est pour nous consid√©rer comme la 4√®me discipline. Tu dois vraiment avoir des gens partout avec des yeux partout qui sachent g√©rer et ma√ģtriser chaque √©v√®nement. 

Olivier : Tu as le même nombre de bénévoles par participants ? Ou tu en as plus sur le triathlon ?

Thibault : Le nombre de bénévoles est pas forcément lié au nombre de participants.

Olivier : En tout cas de staff.

Thibault : Alors, le nombre de staff oui grosso modo. La particularit√© de la France on a quasiment que ce qu’on appel des festivals. Cette ann√©e avec Aix, Nice et Vichy on a les 2 distances sur soit un m√™me week-end soit une m√™me journ√©e. Et √ßa c’est l’√©quivalent d’un full en mobilisation de staff parce que quand tu arrives √† plugger un 70.3 sur un full rajoute peut-√™tre un petit peu de difficult√© en termes de staffing √ßa veut dire que c’est l’√©quivalent pour organiser un full. Oui √ßa demande beaucoup de monde et en fait c’est le parcours v√©lo qui va vraiment d√©terminer, si tu veux, la jauge, selon le nombre d’intersections etc et de besoin en b√©n√©vole sur le parcours v√©lo. Apr√®s le reste tu es g√©n√©ralement √©quivalent sur les zones de transition, sur un d√©part, sur un retrait des dossards etc, tout √ßa c’est assez calibr√© selon l’√©v√®nement.

Ermanno : J’imagine qu’en v√©lo √ßa va jouer aussi au nombre de boucle. S’il y a deux boucles ou 4 boucles, tu auras besoin de peut-√™tre un peu moins de b√©n√©voles et puis en triathlon comme tu disais tout √† l’heure quand tu es un b√©n√©vole sur la natation tu peux pas √™tre ¬ę¬†recycl√©¬†¬Ľ sur le v√©lo, par contre en g√©n√©ral quand le premier commence √† courir tout le monde a fini de nager donc tu peux r√©cup√©rer tes b√©n√©voles de natation sur la partie course √† pied.

Thibault : On essaye au maximum d’impliquer le b√©n√©vole sur un maximum de missions parce qu’on sait tous les difficult√© de recruter des b√©n√©voles. Et encore on s’en sort bien, on a des √©quipes qui travaillent tr√®s bien. On a cr√©e des relations maintenant avec toutes les communaut√©s locales, √ßa c’est essentiel pour nous parce que que ce soit nous Ironman en tant qu’organisateur aujourd’hui on d√©pend beaucoup de ces ressources, de ces b√©n√©voles, de leur motivation, leur implication, donc on fait tout pour les impliquer au max et faire en sorte qu’ils passent du bon temps aussi parce qu’ils sont l√† pour travailler mais bon ils sont l√† aussi pour passer du bon temps, faire partie d’un √©v√©nement international, et que ce soit valorisant pour eux. Donc oui on essaye au max, comme tu disais, une fois qu’un b√©n√©vole a fini le Swim √ßa va durer sur un full peut-√™tre 2 grosse heures, bah il peut se diriger vers la ligne d’arriv√©e parce qu’on sait qu’on a encore un peu de temps. G√©n√©ralement je suis en full distance on est quand m√™me sur du double Shift est-ce que tu vas pas demander un b√©n√©vole de rester 17 heures d’affil√©es pour filer un coup de main on essaye pour une mission d’avoir deux personnes au max.

Olivier : Par contre au niveau du staff, j’imagine que c’est one shot, vous dormez pas pendant 2 jours.

Thibault : Oui, essaye, maintenant les √©quipes sont quand m√™me assez rod√©es, m√™me les √©quipes les plus ¬ę¬†jeunes¬†¬Ľ sont l√† depuis au moins 3/4 ans et le but c’est pas la course √† celui qui dormira le moins, au contraire, le but c’est d’avoir un maximum de force aussi pour pour g√©rer tous les impr√©vus, pour garder la lucidit√©.

Ermanno : Pour débarrasser les barrières à la fin haha.

Thibault : Haha, c’est du live, c’est sans filter, donc quand on commet une erreur il faut √™tre capable de prendre la bonne d√©cision au bon moment en un temps record pour justement corriger √ßa. Et rien de tel qu’un peu de sommeil pour garder cette lucidit√©, sommeil et exp√©rience, pour √™tre apte jusqu’au dernier, aux r√©ouvertures compl√®tes de l’√©preuve. Donc g√©n√©ralement on dort peu la nuit du samedi au dimanche.

Olivier : Tu as des exemples d’erreurs comme √ßa de fois o√Ļ vous vous √™tes bien pris les pieds dans le tapis ?

Thibault : J’ai pas forc√©ment l’anecdote r√©cente sur Ironman. J’en avais une pour mon 1er semi de Paris en 2009, o√Ļ il y avait eu un bouchon monstrueux sur la ligne d’arriv√©e. C’est-√†-dire que √ßa suivait pas, et toi tu commences √† voir les gens s’accumuler jusqu’√† la ligne d’arriv√©e o√Ļ derri√®re √ßa commence √† s’accumuler avant la ligne d’arriv√©e. Il y a eu des gens qui ont du mettre 10min √† passer la ligne √† l’arr√™t. 

Ermanno : Pour ton chrono ça fait mal quand même hein haha.

Thibault : Aaah oui, √ßa fait tr√®s mal. Et t’as pas forc√©ment de solution en live alors oui tu ouvres les vannes de tous les c√īt√©s mais c’st presque trop tard. Typiquement le genre d’erreur que tu fais 1 fois mais pas 2, l’ann√©e d’apr√®s tu vas mesurer la largeur, tu espaces un maximum les choses et tu tires des le√ßons de tes erreurs. Une faille peut vite devenir un gouffre, sur un semi elle peut vite devenir monstrueuse, autant sur un marathon on va dire que le pic-time est √† 3h45/4h, sur un semi c’est divis√© par 2 donc heu… Tu as un nombre d’athl√®tes qui passent la ligne d’arriv√©e √† la minute qui est monstrueuse donc la moindre erreur peut devenir catastrophique. Donc on a pas mal de points √† valider alors encore une fois tu peux pas tout pr√©voir, tu as beau avoir tous les plans de la plan√®te un truc que tu avais pas pr√©vu peut tomber de nul part. Mais voil√† encore une fois c’est notre m√©tier et notre savoir-faire, c’est d’√™tre capable de r√©agir √† plus ou moins n’importe quelle situation. Alors apr√®s tu r√©agis plus ou moins rapidement, mais en tout cas on se doit de r√©agir √† toutes les situations possibles pour √™tre certains que nos athl√®tes sont en s√©curit√©. Si il y a une temp√™te le but c’est pas de passer la ligne d’arriv√©, c’est qu’ils soient prot√©g√©s, si la d√©cision c’est d’arr√™ter la course et bah on arr√™te la course. Clairement √ßa fait suer tout le monde, mais si c’est la meilleure d√©cision qui permet aux athl√®tes d’√™tre en s√©curit√© il faut la suivre. 

Ermanno : Comme Olivier √† dit qu’il avait plein de questions je vais essayer d’en placer quelques-unes avant. On parlait des b√©n√©voles, justement comment est-ce qu’on recrute des b√©n√©voles sur une course comme Ironman ? Parce qu’en plus il faut pas se le cacher, Ironman √ßa reste une soci√©t√© commerciale donc l’objectif de la soci√©t√© Ironman au-del√† de procurer du plaisir √† ses participants c’est aussi faire du business, donc comment est-ce qu’on arrive √† la recruter des b√©n√©voles ?

Thibault : Je tiens √† pr√©ciser que c’est comme toute soci√©t√© priv√©e, on est des salari√©s, il faut bien payer les salari√©s.

Ermanno : Tout √† fait, mais comme les associations sans but lucratif. C’est pas parce qu’elles sont sans but lucratif que les salari√©s sont pas pay√©s. Donc comment est-ce qu’on recrute des b√©n√©voles et peut-√™tre parfois est-ce que tu as √©t√© confront√© √† des b√©n√©voles qui t’ont dit ¬ę¬†ouais mais moi je te file du temps gratos alors que toi tu vas gagner de l’argent ¬ę¬†sur mon dos¬†¬Ľ ?

Thibault : Non alors ton dernier. point : non. Dans ce cas l√† ils viennent pas, si ils adh√®rent pas √† cette philosophie clairement ils viennent pas. G√©n√©ralement on va dire que le 1er point d’appui √ßa va √™tre le ou les clubs de triathlon locaux. Parce que forc√©ment ils ont culture du triathlon, une connaissance de l’univers et quand tu parles d’une zone de transition √† quelqu’un qui fait partie d’un club de basket, √ßa lui parle pas forc√©ment alors que un club de triathlon d√©j√† tu commences √† √™tre un peu plus dans le juste. Donc c’est les premiers sur lesquels on va s’appuyer, apr√®s on va essayer quand m√™me de s’appuyer plus sur les clubs de sport parce qu’on reste un √©v√®nement sportif, il y a forc√©ment une culture et une philosophie sportive quand tu vas parler √† un club d’athl√©tisme, √† un club de v√©lo, voil√† on essaie aussi de se rapprocher par rapport √† nos sports. On a la chance d’avoir 3 sports donc d√©j√† on peut aller parler avec les associations et les clubs sportifs de ces trois disciplines, plus la discipline triathlon. Donc √ßa commence d√©j√† √† faire un cercle assez large, et apr√®s c’est amis d’amis, c’est tous les autres clubs : les clubs les omnisports, les clubs de foot, de basket, de rugby, etc… On va dire que c’est le 1er point, on essaie de travailler parfois avec les √©coles aussi parce que c’est int√©ressant pour eux. Pas les √©coles primaires √©videmment, plut√īt lyc√©e ou STAPS et les √©coles comme √ßa. √áa leur permet de mettre un peu le pied √† l’√©trier, de voir un peu l’univers sportif mais en m√™me temps l’univers de l’entreprise, voir comment on travaille. On est quand m√™me assez r√©put√© pour notre organisation donc c’est quand m√™me int√©ressant je pense de voir de l’int√©rieur : comment une entreprise comme Ironman organise ses √©v√©nements ? Et apr√®s on a aussi √©videmment des retrait√©s, en France, le tissu de b√©n√©voles c’est aussi beaucoup de retrait√©s qui ont du temps √† donner, envie de se sentir utile qui sont soit passionn√©s de sport, soit juste qui habitent dans le coin et qui ont envie de donner de leur temps et de nous donner un coup de main. Honn√™tement oui parfois certains postes sont un peu plus ingrats que d’autres, je pense √† un r√īle de signaleur √† la fin d’un parcours v√©lo ou √ßa peut √™tre long, o√Ļ l√† on essaye d’avoir des des shift aussi. Mais honn√™tement b√©n√©vole sur le d√©part ou sur la ligne d’arriv√©e √† remettre les m√©dailles c’est quelque chose d’assez gratifiant, tu vois des sourires, des pleurs d’√©motions et de satisfaction, c’est quand m√™me assez intense de pouvoir faire partie de cette f√™tes-l√†. On fait aussi attention aux d√©tails, que ce soit les tenues des b√©n√©voles, tout ce qui est repas, essayer de faire des soir√©es aussi apr√®s pour les remercier, c’est important pour nous aussi de les impliquer dans nos projets. 

Ermanno : Juste une petite pr√©cision, toute √† l’heure tu parlais de STAPS, pour ceux qui connaissent pas c’est fac de sport en France.

Thibault : Effectivement, c’est vrai qu’on s’adresse √† un public francophone et forc√©ment fran√ßais.

Ermanno : Exactement haha, tu avais une question Olivier peut-être ?

Olivier : Ah mais moi j’en ai plein haha. 

Thibault : Bon bah moi je vais y aller alors haha.

Olivier : C’est vrai qu’on t’a un peu saut√© dessus mais si on revient un petit peu dans tes d√©buts dans le triathlon, m√™me √† titre perso, toi tu t’occupais de courses √† pied √† Singapour, tu avais d√©j√† fait du triathlon √† l’√©poque ou c’est au moment o√Ļ la course se fait racheter par Ironman que tu d√©couvres un petit peu cet univers ? 

Thibault : Alors c’est une bonne question, j’ai commenc√© le triathlon juste avant de partir √† Singapour. Je me suis achet√© mon premier v√©lo, au d√©but je me disais que c’√©tait un sport de plouc comme on dit en France, peut-√™tre parce que j’avais 27/28 ans, et en fait j’y ai pris go√Ľt. J’ai fait quelques marathons, j’ai un v√©lo alors pourquoi j’essaierais pas le triathlon ? Donc j’ai fait mon premier triathlon √† Annecy, √ßa devait √™tre en 2014, juste avant de partir √† Singapour.

Olivier : C’√©tait AlpsMan ?

Thibault :  Non √ßa s’appelait le triathlon d’Annecy, c’√©tait une distance olympique qui a lieu au mois de mai/juin, un truc comme √ßa. J’y suis all√© avec 2/3 potes et je trouvais √ßa marrant. Par la suite j’ai d√©m√©nag√© √† Singapour, j’ai emmen√© mon v√©lo avec moi, il fait tr√®s chaud mais du coup c’est top pour s’entra√ģner parce qu’il fait la m√™me temp√©rature toute l’ann√©e. Tu te l√®ves √† 5h du matin, tu transpires d√©j√† rien que de mettre tes chaussures donc t’es chaud pour aller faire du v√©lo contrairement √† chez nous. En ce moment √† 5h du matin perso je ne mets pas les pieds dehors. Du coup c’√©tait hyper pratique et j’ai continu√© √† faire des petits triathlons distance S et Olympique, et quand on s’est fait racheter on avait avec quelques copains l√†-bas. On avait pour projet de faire notre premier 70.3 et √ßa concordait avec le moment du rachat. Donc c’√©tat √† Da Nang au Vietnam, j’ai cumul√© √† peu pr√®s toutes les courses Ironman en Asie, c’est des villes et pays qui font r√™ver depuis notre froid europ√©en. Mais c’est vrai que quand tu habites √† Singapour, en 2h d’avion t’es en Tha√Įlande, au Vietnam, aux Philippines, en Indon√©sie, etc donc du coup j’ai fait quelques courses par l√†, j’en ai fait en Australie aussi parce que c’est pas si loin que √ßa de Singapour. Je m’y suis mis vraiment pas mal parce que, encore une fois, la pratique du triathlon elle est facile √† faire, tu peux aller courir √† n’importe quel moment.

Olivier : Pour le v√©lo, tu fais comment ? Parce que Singapour c’est une ville, donc d√®s que tu sors de la ville tu es en Malaisie du coup, ou dans la merde ?

Thibault : Alors oui tu peux faire du v√©lo en Malaisie, il faut que tu passes la fronti√®re. Mais le tour de l’√ģle √† v√©lo s’appelle RTI ¬ę¬†Round Till Island¬†¬Ľ, c’est tr√®s connu des amateurs de STRAVA et de v√©lo √† Singapour. Il fait √† peu pr√®s 120 √† 130 km, donc √ßa fait d√©j√† un bon tour. C’est plat, il y a pas de d√©nivel√©. Alors si, tu peux aller te choper des petites collines que tu vas faire 15 fois d’affil√©es, mais c’est des routes larges plut√īt biens entretenues, et il y a quelques autoroutes mais tu as pas le droit d’y aller en v√©lo. Mais franchement √ßa se fait hyper bien, tu as vite des groupes, tous les jours, tous les matins, il y a des groupes de niveau √† un point de rendez-vous des cyclistes, donc c’est assez facile pour s’entra√ģner. Dans ma plupart des r√©sidences, quand tu es √©tranger √† Singapour, tu as une piscine, moi j’avais une piscine olympique dans ma r√©sidence que personne utilisait donc forc√©ment c’est pratique pour t’entra√ģner. 

Ermanno. : Ha bah je t’envie hein parce que moi √† Luxembourg je suis oblig√© de prendre des cr√©neaux, la piscine est √† 30 bornes de chez moi, c’est une horreur haha.

Thibault : Ah mais moi c’est fini tout √ßa haha ! Mais l√† j’ai la pluie bordelaise t’inqui√®te c’est fini tout √ßa haha. Mais du coup les conditions √©taient r√©unies pour s’entra√ģner, les copains : pareil, ils habitaient √† c√īt√© donc on s’entra√ģnait en groupe. Donc j’ai d√Ľ faire une dizaine de 70.3 et j’ai fait mon premier et dernier full √† Langkawi en Malaisie avec un petit taux d’humidit√© dans les 95-98% et une temp√©ratures avoisinant les 40 degr√©s, c’√©tait pas forc√©ment une course excellente pour moi mais c’√©tait tr√®s chouette.

Ermanno : Du coup √ßa tue ma question parce que j’avais une petite question de fin, j’allais te demander : quand on est directeur d’une zone Ironman, est-ce qu’on a besoin de se qualifier pour aller √† Hawaii ? Participer hein, pas juste encourager, du coup tu as r√©pondu √† la question : t’en as fait qu’un de full. 

Thibault : Je ne me suis pas qualifi√© je te confirme, j’√©tais tr√®s loin d’avoir mon slot. J’ai eu la chance de faire les championnats du monde en 2019 √† Nice sur le 70.3. Mais non, Hawaii je pense que √ßa restera dans la case ¬ę¬†r√™ve¬†¬Ľ et jamais j’y toucherai en me qualifiant donc j’ai eu la chance d’aller √† Hawaii pour voir mais pas d’y participer. 

Olivier : T’as parl√© des courses en Asie, t’as parl√© de la qualif’ pour Hawaii, est-ce que les courses en Asie sont plus faciles qu’en Europe ?

Thibault : Alors le niveau est clairement pas le m√™me, faut pas se le cacher. Apr√®s t’as aussi beaucoup d’expatri√©s qui habitent en Asie, et qui ont un gros niveau. Faut quand m√™me garder en t√™te que les chronos sont pas les m√™mes mais les conditions sont absolument pas les m√™mes non plus. Comme je disais toute √† l’heure, quand tu as 90% d’humidit√© et une chaleur avoisinant les 35-40 degr√©s, ton corps ne r√©agit pas pareil que quand tu as 20-25¬į et 60% d’humidit√©.

Ermanno : Ou du moins quand t’es europ√©en et que tu vas faire une course l√†-bas ou quand t’es am√©ricain, alors que quand tu es un local tu es habitu√©.

Thibault : Alors il y a beaucoup d’expatri√©s qui, eux, ont le corps acclimat√©s √† ce climat-l√†, mais quand toi, europ√©en, tu regardes et tu te dis ¬ę¬†attend ils se sont qualifi√©s avec un chrono de 4h40 sur un 70.3, comment c’est faisable ?¬†¬Ľ, alors qu’en Europe si tu fais plus de 4h15 tu peux oublier ton slot, ben ouais, mais le premier footing que j’ai fait √† Singapour j’ai d√Ľ ralentir je pense de 15sec au km et j’ai cru mourir √† la fin. En fait ton coeur ne ralentit jamais, tu as beau ralentir ton allure, ton coeur ne ralentit pas, il va se stabiliser et stagner mais pas ralentir, et c’est hyper difficile √† appr√©hender surtout quand tu fais ton petit voyage o√Ļ tu vas arriver 3/4 jours avant histoire de t’acclimater. Et tu crois que tu es acclimat√© mais pas du tout, parce que les conditions de la course sont compl√®tement diff√©rentes. Et l√† tu te rends compte que c’est pas si facile. Alors oui le niveau est quand m√™me un chouilla en-dessous c’est ind√©niable, mais les conditions sont beaucoup plus difficiles. Ce qui fait que tes performances s’en ressentent aussi.

Ermanno : Apr√®s quand tu as 90% d’humidit√© et 40 degr√©s de temp√©rature, tu es dans les bonnes conditions pour pr√©parer Hawaii, non haha ?

Thibault : Oui, mais est-ce que tu viens pour te pr√©parer √† Hawaii ou te qualifier √† Hawaii ? C’est pas la m√™me haha.

Ermanno : Tu vas tenter une qualif’, et puis une fois que tu l’as tu restes sur place pour te pr√©parer √† Hawaii, c’est √ßa non haha ? 

Thibault : C’est √ßa haha. Apr√®s je sais qu’il y avait pas mal de gens qui tentaient. Par exemple j’ai fait la course 70.3 √† Colombo au Sri Lanka, c’est rempli de fran√ßais parce qu’au final c’est une belle destination touristique pour nous en Europe, et tous les Fran√ßais ont coch√© les slot l’ann√©e o√Ļ on pouvait se qualifier pour Nice. Donc forc√©ment, il y avait peut-√™tre plus de fran√ßais qui avaient envie de faire les championnats du monde √† la maison. Mais du coup il y avait une majorit√© de slots qui √©taient empoch√©s par des fran√ßais parce que le niveau √©tait quand m√™me assez √©lev√©, et o√Ļ ils pensaient quand m√™me pouvoir empocher la qualif. 

Olivier : Bon, et si on compare un petit peu ? Parce que je crois que c’√©tait une question que la tr√®s grande majorit√© de nos auditeurs ont en t√™te : quelles sont les courses les plus strat√©giques pour se qualifier √† Hawaii ? Tu devais t’en douter qu’on allait te la sortir celle-l√† haha.

Thibault : Haha, le nombre de potes qui m’ont dit ¬ę¬†mais quelles courses il faut faire ?¬†¬Ľ Et en faite c’est hyper dur de r√©pondre, √ßa d√©pend d’une ann√©e sur l’autre. C’est √† dire que si une ann√©e on se rend compte que il y avait 400-500 participants pour 40-50 slots, donc √ßa fait plus ou moins 10% de chance de se qualifier ce qui est quand m√™me hyper √©lev√©, bah l’ann√©e d’apr√®s cette course-l√† elle va peut-√™tre passer de 400-500 participants √† peut-√™tre 1500, et du coup c’est plus du tout un bon plan pour te qualifier. Donc il y a malheureusement pas de r√®gles. C’est plus de monitorer un peu des groupes d’√Ęge parce qu’on publie les listes des inscrits assez r√©guli√®rement, de regarder combien il y en a dans ton groupe d’√Ęge. Apr√®s si tu es pr√™t √† aller faire le 70.3 de Davao aux Philippines o√Ļ tu vas mettre 3 jours pour y aller et 3 jours pour venir, tente ta chance, mais il faut garder √ßa en t√™te. Pour moi il y a pas de course plus facile qu’une autre, ou en tout cas il y a pas une r√®gle particuli√®re, il peut y avoir des courses plus faciles mais ce sera identifi√© sur le moment et c’est difficile de pr√©dire si loin 1 an avant. 

Ermanno : Donc finalement ce que tu es en train de nous dire c’est que la course id√©al pour se qualifier, la plus facile, c’est peut-√™tre…

Thibault : Faut toutes les faire haha.

Ermanno : Haha, non j’allais pas dire √ßa. Mais c’est peut-√™tre finalement celle qui est √† c√īt√© de chez toi parce que t’es acclimat√©, tu connais le parcours, tu as pas 3 jours de voyage, et puis potentiellement tu as un paquet de potes qui sera l√† donc c’est peut-√™tre celle-l√† la meilleure.

Thibault : Exactement, apr√®s Olivier tu parlais des slots, fin le nombre de gens qui cherchent √† se qualifier aussi pour les championnats du monde, √ßa repr√©sente aussi un pourcentage r√©duit par rapport au nombre d’athl√®tes. Donc ce dont tu me parles c’est vraiment une frange de nos athl√®tes qui est repr√©sent√©e peut-√™tre 10% √† 15%. La majorit√© c’est, comme tu disais Ermanno, s’√©clater, venir en famille, entre amis, etc et dans ces cas l√† oui c’est la destination qui va compter ou la logistique et pas forc√©ment se qualifier pour les championnats du monde. Et finalement pour en revenir aux championnats du monde c’est beaucoup de la destination. C’est-√†-dire que si c’est typiquement √† Toko en 2024, bah c’est peut-√™tre plus facile d’acc√®s pour les Australiens, les Asiatiques, que nous Europ√©ens parce que c’est √† l’autre bout du monde, il faut au moins 15 jours de vacances le temps d’acc√©der en Nouvelle-Z√©lande, tu vas vouloir rentabiliser ton voyage aussi parce que tu vas √™tre en vacances l√†-bas et que quand tu as besoin de 3 jours pour y aller et 3 jours pour revenir, bah t’essayes de rester un peu sur place, donc √ßa aussi √ßa joue beaucoup. Je parle des 70.3 hein, parce qu’√©videmment pour le full c’est Hawaii, sauf Saint-Georges mais c’est une exception, donc tu sais √† l’avance que tu vas devoir aller √† Hawaii.

Ermanno : Et tu sais que c’est le deuxi√®me weekend de octobre, il y a pas de souci.

Thibault : Mais l√† on parle encore plus r√©duit de qualifi√©s. 

Ermanno : Bon on avait quand m√™me au micro Philippe Martin, alors je sais pas si tu connais mais tu pourras regarder dans les tablettes des inscrits avec 42 Ironman √† son actif, pas toujours des labels Ironman mais en tout cas 42 full distance, qui nous disait que l’ann√©e du covid il a voulu aller √† Cozumel, mais il a rencontr√© pas mal de probl√®mes pour y aller, il a mis 4 jours je crois, et en plus c’√©tait la temp√™te donc il s’est retrouv√© bloqu√© sur le port avec d’autres athl√®tes. Donc il y en a qui y vont effectivement que pour le plaisir ou pour cocher une case.

Thibault : C’est √ßa, apr√®s √ßa d√©pend de la volont√© de chacun, des objectifs, apr√®s la chance qu’on a c’est qu’on a des courses √† peu pr√®s partout dans le monde dans des destinations…

Ermanno : Apr√®s sauf en Belgique mais on va pas remettre un coup de b√Ęton haha.

Thibault : Haha, sauf en Belgique, donne-moi encore quelques mois ou ann√©es et on y sera, mais des parcours diff√©rents, si tu veux nager en lac, en mer, en rivi√®re, etc, il y a un choix tellement vaste que je pense qu’il y en a √† peu pr√®s pour tous les go√Ľts chez Ironman. 

Olivier : Et donc tu as mentionn√© le format Ironman qu’on conna√ģt bien, le semi 70.3, mais il y en a d’autres comme le 51.50, pour rester en tout cas sur le triathlon, et apr√®s ben on sait que Ironman c’est plus que juste du triathlon.

Thibault : Oui on a m√™me au-del√†, on a m√™me au-del√† de 4.18.4 qui est l’√©quivalent d’un sprint, on en a au Pays-Bas et au Danemark qui sont g√©n√©ralement des legacy, des rachats de franchis√©s d’il y a plusieurs ann√©es qui permettent en fait d’attirer un public nouveau, pas forc√©ment √† fond dans le triathlon, qui va tester des distances plus courtes types sprint olympique donc 4.18.4 ou 51.50. Ces √©preuves-l√† servent √† faire venir le plus grand nombre d’athl√®tes, √† leurs faire d√©couvrir un peu notre univers. Au bout d’un an ou deux ans g√©n√©ralement c’est le cas, ils entendent tellement parl√© de Ironman 70.3 ou full et ensuite ils viennent s’essayer.

Olivier : Vous en avez combien des 51.50 ?

Thibault : Tu me poses une colle, dans ma r√©gion j’en ai environ 1 ou 2. Cette ann√©e il y en aura qu’un puisqu’il sera √† West Friesland pas tr√®s loin de la Belgique et d’Amsterdam, et on en a aussi un √† Maastricht mais cette ann√©e vu qu’on a un full l√†-bas on a que le full et le 70.3, on a pas de 51.50.

Ermanno : Tu peux peut-être nous dire quelques mots sur ces distances, justement le 51.50 ?

Olivier : C’est le nombre de miles ?

Thibault : C’est le nombre de km. C’est l√† ou 70.3 et 140.6 c’est le nombre de miles cumul√©s sur les les trois disciplines, alors que 51.50 c’est le nombre de km. 

Olivier : Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ?

Thibault : Me demande pas je suis pas derrière tout ça haha.

Olivier : Du coup c’est un format qui est exclusivement europ√©en ?

Thibault : Format olympique.

Olivier : C’est en kilom√®tres parce que c’est tr√®s europ√©en ou bien on les retrouve aussi aux √Čtats-Unis ? 

Thibault : Je dirais oui, apr√®s on en a pas beaucoup, on doit en avoir un √† Cervia en Italie, on en a un aux Pays-Bas, en Allemagne, en Pologne, on en a pas beaucoup en Asie je crois qu’on en avait un petit peu aussi, on va dire que le triathlon en Asie est un petit peu plus en retard par rapport √† Am√©rique du Nord du coup c’√©tait une marque qui permettait de faire venir plus d’athl√®tes. C’est vrai que quand tu commences le triathlon, commencer direct par un 9.90.21, √ßa peut faire un peu peur, donc avoir une distance interm√©diaire √ßa permettait aussi de faire venir du monde.

Olivier : Il y a un niveau assez relev√© sur ce genre de course ou c’est vraiment pour ceux qui d√©butent et qui veulent un initiation au triathlon ?

Thibault : Il y aura toujours un gars qui va avoir envie de faire un petit olympique ou 51.50 en pr√©pa de je ne sais quelle autre course donc tu vas toujours en avoir un qui va √©clater un chrono mais dans l’ensemble c’est quand m√™me de la d√©couverte et un peu moins comp√©titif.

Olivier : Comme finalement sur les DO, √† moins que ce soit une manche du championnat national ou un truc comme √ßa, c’est vrai que c’est un peu plus accessible.

Thibault : Ouais peut-√™tre un peu plus loisir et moins comp√©tition, encore que, si tu t’inscris √† une course c’est quand m√™me que tu veux faire de la comp√©tition. Il y a pas de r√®gle particuli√®re mais c’est vrai que quand tu d√©cides d’aller vers une distance plus importantes g√©n√©ralement tu t’es aussi plus investi en entra√ģnement, parce que c’est quand m√™me pas anodins ces distances donc tu as mis peut-√™tre mis un peu plus de pr√©paration sur un 70.3 que sur un 51.50.

Ermanno : Et pendant qu’on parle de diff√©rentes distances ou de diff√©rentes disciplines, je pense que √ßa n’aura √©chapper √† personne, Ironman a investi dans l’UTMB et notamment les UTMB World Series, est-ce que √ßa rentre aussi dans ton giron √† toi ? Qu’est-ce qu’il y a de beaux de pr√©vu dans la r√©gion dans les prochaines ann√©es ?

Thibault : J’aimerais bien puisque l’UTMB est en France mais non pour le moment c’est un fonctionnement totalement ind√©pendant, m√™me si √©videmment il y a des passerelles et on discute et on essaye de travailler au maximum ensemble. Mais c’est vrai qu’aujourd’hui on s’appelle The Ironman Group, mais en fait si tu veux le pilier Ironman on va dire que c’est la branche triathlon de The Ironman Group. Aujourd’hui on est pr√©sent sur l’ensemble des sports dits ¬ę¬†de masse¬†¬Ľ, parce que tu parlais de l’UTMB mais on a aussi fait l’acquisition de la haute route, donc course de v√©lo dans les conditions du tour de France, par exemple la haute route Alpes c’est sur 7 jours, c’est une course √† √©tape o√Ļ tu vas avoir contre la montre, derni√®re c’√©tait l’Alpe d’Huez, et tous les jours tu as des √©tapes, donc c’est une itin√©rance d’un jour √† l’autre, d’un h√ītel √† l’autre, donc c’est vraiment dans les conditions des pros. Il y a donc cinq ou six √©v√©nement haute route. On est aussi sur le VTT puisqu’on a la Cape Epic en Afrique du Sud et qu’on a commenc√© √† cr√©er des Epic Series en VTT en Europe et dans le monde, donc on a aussi les Rock’n’roll Marathon Series, qui sont principalement aux √Čtats-Unis, donc on a course √† pied, triathlon, v√©lo de route, VTT, et trail running, donc on est vraiment sur l’ensemble des sports de masse. La strat√©gie est assez simple, c’est-√†-dire que quand tu fais du triathlon tu fais et de la natation et de la course √† pied et du v√©lo, tu vas toucher un peu √† tout ces sports-l√† ce qui fait qu’il y a clairement des passerelles d’un univers √† l’autre, des connaissances aussi pour nous en tant qu’organisateur qui sont communes et √ßa permet de mutualiser dans un m√™me pays, d’avoir plusieurs courses avec plusieurs marques diff√©rentes, c’est une strat√©gie qui a commenc√© je dirais il y a maintenant 7 ou 8 ans, o√Ļ on a d’abord p√©n√©tr√© le march√© de la course √† pied avec les Rock’n’roll Series, puis la Cape Epic, et r√©cemment l’UTMB et la haute route. Et l’UTMB en moins d’1 an on r√©ussi √† monter des series avec plus d’une vingtaine de courses sur les World Series donc c’est quand m√™me pas rien, √ßa peut para√ģtre anodin mais je vous assure que mettre plus d’une vingtaine d’organisateurs autour de la table et de monter √ßa ensemble √ßa √† mobiliser beaucoup de monde pendant une p√©riode de temps relativement courte pour cr√©er tout √ßa, donc chapeau bas √† tout ceux qui ont oeuvr√© derri√®re √ßa. 

Olivier : En termes de taille d’organisation, c’est une des plus grandes organisations d’√©v√®nement sportif ou pas du tout ?

Thibault : Clairement oui, en tout cas dans les sports de masse. Apr√®s tu vas avoir des organisations monstrueuses dans l’univers du sport.

Olivier : Oui, sans parler du foot, du rugby…

Thibault : Quasiment 300 salari√©s juste en Europe, donc c’est quand m√™me assez cons√©quent, et dans le monde je saurais pas trop te dire, on doit √™tre autour des 800 peut-√™tre.

Ermanno : Ouais c’est pas si √©norme que √ßa finalement.

Thibault : Oui apr√®s on travaille quand m√™me pas mal aussi avec des contracteurs sur l’√©v√©nement, nous en France on est une petite vingtaine, clairement t’es pas capable de livrer un Ironman avec une petite vingtaine donc on fait appel aussi √† des freelance qui aident sur les √©v√®nements, o√Ļ les √©quipes vont monter peut-√™tre √† une quarantaine, en plus des b√©n√©voles. Mais oui forc√©ment tu es renforc√© par des √©quipes externes et tu peux pas tout g√©rer toi m√™me sur des √©v√®nements, en tout cas qu’avec les salari√©s. 

Olivier : Okay, et c’est quoi l’ambition de Ironman pour les prochaines ann√©es, les 10 prochaines ann√©es ?

Ermanno : Racheter A.S.O et devenir le plus gros organisateur mondial haha.

Thibault : Voil√† haha. Non d√©j√† on a v√©cu deux ann√©es quand m√™me assez particuli√®res, on a tendance √† oublier que le covid √©taient l√† depuis quelques jours et semaine avec l’actualit√© mais clairement notre industrie a v√©cu les pires ann√©es de son histoire. 2020 √©tant absolument terrible puisqu’on a eu aucun √©v√©nement. Alors on a fait les Sables-d’Olonne, on a r√©ussi √† passer entre les mailles du filet covid en septembre, et l’ann√©e derni√®re malgr√© tout on a livr√© une bonne partie de nos √©v√©nements mais sur un calendrier compl√®tement chamboul√© puisque tout a eu lieu entre juillet et septembre/octobre avec un nombre d’athl√®tes divis√© par quasiment deux.

Ermanno : Et des athl√®tes qui avaient d√©j√† leur inscription en 2020 donc finalement au niveau chiffres d’affaire c’√©tait vraiment n’importe quoi.

Thibault : Oui avec un syst√®me de report effectivement, et puis pour nous, organiser une course de 1000 athl√®tes et de 3000 athl√®tes, √ßa co√Ľtaient exactement la m√™me chose. Deux ann√©es tr√®s tr√®s difficiles, donc on va d√©j√† essayer de consolider. L’air de rien on a quand m√™me fait l’acquisition de plusieurs bo√ģtes dans les 12 derniers mois. Donc voil√†, consolider tout √ßa, faire en sorte que nos √©v√©nements fonctionnent bien, qu’on revienne sur une trend o√Ļ on √©tait en 2019 o√Ļ √ßa montait, la quasi totalit√© de nos √©v√©nements notamment en Europe √©taient sold-out. Revenir d√©j√† sur un calendrier √† peu pr√®s normal ce sera ce qu’on peut nous souhaiter de mieux en 2022. √Ä priori on en prend le bon chemin, parce que la plupart des pays commencent √† lever les restrictions et je pense que les gens ont clairement envie de revenir √† une vie quasi normale avec des √©v√©nements, remplis, c’est b√™te mais quand tu as 1000 athl√®tes c’est pas que c’est moins la f√™tes, on doit faire autant la f√™te pour ces 1000 l√† mais plus on est de fous plus on rit et clairement √ßa se ressent dans l’ambiance, dans les spectateurs autour, quand on divise par deux ou trois le nombre d’athl√®tes bah y’a un peu moins d’ambiance autour. Donc de retrouver ces ambiances de lignes d’arriv√©es √† 23h30 o√Ļ c’est noir de monde pour encourager les derniers athl√®tes qui ont pass√© la ligne. √áa √ßa nous a manqu√© aussi, donc de revenir sur ses bases-l√† et apr√®s dans les ann√©es √† venir pourquoi pas continuer de se d√©velopper. De toute mani√®re, le triathlon on a grossi comme jamais ces derni√®res ann√©es, on est dans la majeure partie des pays du monde, oui il manque encore la Belgique, mais on finira bien par y √™tre.

Ermanno : On l’a pas dit hein, tu l’as dit tout seul cette fois-ci haha.

Olivier : Je pense qu’on sera parvenu √† faire passer le message haha.

Thibault : Pour les auditeurs, j’ai vu sur vos t√™tes que vous alliez le dire donc… haha. Mais voil√†, essayer d’ouvrir encore sur les quelques march√©s sur lesquels on est pas pr√©sent, sur les pays o√Ļ √ßa marche tr√®s bien, o√Ļ il y a une forte demande, pourquoi pas cr√©er de nouvelles √©preuves, qu’elles soient en triathlon, en trail ou en v√©lo, mais en tout cas consolider les marques sur lesquelles on travaille aujourd’hui. Et sur ces pays en forte demande, est-ce que par exemple la France en fait partie parce que je te parle de √ßa mais certaines personnes connaissent pas encore cette √©poque l√† mais moi je me souviens d√©but des ann√©es 2000 o√Ļ Ironman justement s’installe √† Nice, alors qu’avant c’√©tait les championnats de France longues distances mais c’√©tait m√™me pas en distance Ironman, donc Ironman s’installe √† Nice, c’√©tait la porte d’entr√©e d’Ironman en France. Depuis il y a Vichy, il y a Aix, les Sables-d’Olonne, est-ce que vous ambitionner aussi d’aller ailleurs ?

Thibault : Pourquoi pas, on s’interdit rien. Apr√®s il faut pas faire n’importe quoi, c’est-√†-dire que si tu ouvres une autre destination en France, tu sais clairement que √ßa risque de d√©shabiller tes villes d√©j√† existantes. Donc il y a un jeu de vases communicants. Aujourd’hui on a plut√īt int√©r√™t √† organiser 4 √©preuves avec 3000 athl√®tes, ce qui te fait 12 000 personnes, plut√īt que de faire 7 √©preuves √† 1600 et quelques, √ßa n’a aucun int√©r√™t, donc il faut pas faire n’importe quoi. La distance 70.3 elle marche tr√®s tr√®s bien en France, tous nos √©v√®nements 70.3 sont sold-out, et on a un sacr√© nombre d’athl√®tes puisque Aix on est √† plus de 2500, les Sables on est √† 3300, Vichy on est bient√īt √† 2500, et Nice on est pareil √† 2400. Donc y a une forte demande sur le march√© du 70.3 donc pourquoi pas se d√©velopper sur cette distance-l√†. Apr√®s quand tu d√©veloppes ta base d’athl√®tes sur le 70.3, c’est les gens qui plus tard voudront s’essayer sur la distance full, mais voil√† il faut y aller crescendo, il faut pas faire n’importe quoi il faut garder en t√™te que quand tu ouvres une destination, et je parle de la France mais on a aussi beaucoup d’athl√®tes Anglais par exemple, qui vont √† Nice aujourd’hui, si demain je cr√©e une autre √©preuve peut-√™tre qu’ils iront plus √† Nice mais sur cette nouvelle destination ou peut-√™tre que ceux qui allaient en Allemagne viendront en France. Donc il faut avoir un raisonnement, une fa√ßon de penser beaucoup plus collective. On doit discuter avec mon coll√®gue qui g√®re la r√©gion Allemagne-Suisse-Autriche, parce que chaque nouvel √©v√©nement aura un impact sur l’ensemble des √©v√©nements donc il faut avoir vraiment une approche globale et pas centr√©e sur ton pays o√Ļ ta r√©gion.

Ermanno : Et question subsidiaire √† justement l’augmentation du nombre d’√©v√©nements ou l’augmentation du nombre de participants sur les √©v√©nements, on l’a d√©j√† dit √† de nombreuses reprises, Hawaii ce sont les championnats du monde de la distance Ironman, la distance full, malgr√© tout Hawaii est pas extensible on peut pas y mettre 50 000 personnes, donc plus vous allez ouvrir d’√©v√©nements, vous allez faire quoi ? Soit vous allez r√©fl√©chir √† d√©dupliquer les championnats du monde, ou peut-√™tre √† mettre beaucoup moins de slots sur les √©v√©nements qui sont d√©j√† ouverts, quelle est la strat√©gie que Ironman veut adopter pour autant que tu sois aussi dans ces sph√®res de discussion ?

Thibault : Alors on a une √©quipe d√©di√©e aux championnats du monde, mais ton raisonnement est tout √† fait logique et l√©gitime, mais je sais pas si tu as vu mais Hawaii aujourd’hui on est sur deux journ√©es d’√©preuves. C’est la grande nouveaut√©, c’est-√†-dire qu’on a la journ√©e pour les femmes et une pour les hommes. Ce qui fait que techniquement tu augmentes ton nombre de slots. Avant on √©tait sur tout le monde combin√© sur une seule journ√©e ou plafonnait je crois √† plus ou moins 2400, parce que le port de Kailua-Kona est ultra limit√© et on peut pas mettre un v√©lo de plus. Donc l√† en basculant sur deux jours d√©j√† tu multiplies par 2 au final ton nombre de slots, ton nombre de qualifier donc ton nombre de slots potentiellement donc en augmentant ton nombre d’√©preuves tu restes sur un nombre de slots par √©preuve qui est √† peut pr√®s √©gal voir un peu plus important.

Olivier :  Attends et √ßa c’est √† partir de quand, √† partir de cette ann√©e ? 

Thibault : C’est octobre 2022, c’est-√†-dire que les championnats du monde 2021 ont lieu bient√īt en 2022, et les championnats du monde 2022 ont officiellement lieux en octobre de retour √† Kona et c’est l√† o√Ļ on mettra en place ces deux journ√©es. C’est exceptionnel, √ßa fait des ann√©es qu’on sait que c’est une des seules solutions, c’est pas √©vident parce qu’on bloque compl√®tement l’acc√®s dans cette zone-l√† maintenant √©conomiquement on sait aussi que sans les finales mondiales Ironman prend aussi un grand coup √©conomiquement donc c’√©tait aussi dans l’int√©r√™t de tout le monde de cr√©er cette deuxi√®me journ√©e. 

Olivier : Donc ça veut dire que tout ceux qui font un Ironman cette année ils ont 2x plus de chance de se qualifier à Hawaii ?

Thibault : Pas forc√©ment parce que tu vas avoir un syst√®me de slot homme et femme aussi. 

Ermanno : Oui c’est ce que j’allais dire parce que finalement les femmes elles sont quand m√™me un peu moins nombreuses √† participer aux championnats du monde que les hommes donc m√™me si tu split sur 2 journ√©es, si tu avais mis 1500 hommes avant pour 500 femmes ben sur la journ√©e sp√©ciale pour les hommes tu pourras rajouter que 500 hommes tu pourras pas rajouter autant.

Thibault : Exactement, c’est aussi pour encourager sur le 70.3, il y a toujours un √©cart entre les hommes et les femmes en termes de pourcentage de pr√©sence sur nos √©preuves, sur la distance 70.3 c’est moins flagrant, sur la distance full on a besoin de faire venir plus de femme sur ces courses-l√†. C’est clairement une distance qui fait peur faut pas se le cacher. Mais il y a de plus en plus de femmes qui font du triathlon, je pense que le mot ¬ę¬†triathlon¬†¬Ľ √† fait peur pendant longtemps et est de plus en plus d√©mystifi√©. En tout d√©but de podcast on parlait de triathlon association Ironman, oui, √† la fois heureusement et malheureusement, heureusement pour nous parce que quand on dit triathlon on pense Ironman mais c’est aussi les gens savent que dans leur entourage il y a un tar√© qui fait des Ironman et qui s’entra√ģne des heures et des heures. Donc en associant le mot ¬ę¬†triathlon¬†¬Ľ et ¬ę¬†Ironman¬†¬Ľ de facto peut faire un peu peur, alors qu’en soit un super sprint c’est tr√®s rapide quoi, √ßa prend peu de temps, √ßa demande pas des heures et des heures d’entra√ģnement, √ßa permet de mettre le pied √† l’√©trier sur la discipline triathlon. Mais oui il y aura je l’esp√®re de plus en plus de femmes qui viendront participer √† nos √©v√®nements.

Olivier En g√©n√©ral, ce que moi j’avais en t√™te c’√©tait 1/3 – 2/3, tu confirmes ou pas ?

Thibault : Sur un full on est plut√īt autour des 20%. √áa d√©pend des destinations mais ouais on va √™tre entre 20% et 25%.

Olivier : Pourtant, les femmes ont tendance √† √™tre de plus en plus performantes sur la longue distance. 

Thibault : Et tu vois sur la course √† pied, pareil peut-√™tre que le triathlon suit une trend avec quelques ann√©es de retard par rapport √† la course √† pied, mais aux USA aujourd’hui sur les distances 10 et semi, il y a plus de femmes qui participent que d’hommes. Et peut-√™tre qu’on y viendra, tu vois dans 5 ou 10 ans sur la distance 70.3 on sera quasiment √† 50/50 hommes/femmes quoi. Faut laisser le temps au temps.

Olivier : En termes de valeurs absolues, quand on parle du nombre de triathlètes dans le monde, tu as un chiffre par rapport à ça ou pas .

Thibault : Non, joker, aucune idée.

Ermanno : Bah si on parle du nombre de triathlètes dans ta zone toi ?

Thibault : C’est difficile √† quantifier, √† d√©chiffrer, personne n’a la cl√© de √ßa parce que tu vas avoir la partie f√©d√©rale, sauf qu’on se rend compte que c’est pas forc√©ment repr√©sentatif. On le voit sur nos courses, le nombre d’athl√®tes licenci√©s, il est a moins de 50%. Donc c’est difficile, nous on attire une partie de la population de triathl√®te mais on est pas non plus repr√©sentatif. Il y en a beaucoup qui vont faire des courses de club, qui sont moins ch√®res et plus accessibles donc difficile de quantifier le nombre de triathl√®te parce que le march√© est assez √©clat√© et disparate.

Olivier : J’avais vu une √©tude mais qui date un petit peu de la FFTRI de 2016, qui annon√ßait 3 millions de triathl√®tes mais bon c’√©tait en 2016.

Thibault : En France ?

Olivier : Non non.

Ermanno : 3 millions en France ce serait juste énorme.

Thibault : √áa me paraissait √©norme effectivement. J’ouvrirais une course dans chaque ville de France haha.

Olivier : Haha, non non c’est dans le monde entier du coup.

Thibault : En plus une √©tude dans le monde, c’est encore plus difficile √† r√©aliser et √† quantifier je pense. 

Olivier : Ouais c’est pas facile, bah je sais qu’en Belgique par exemple il y a environ 6 000 licenci√©s, si tu prends effectivement le ratio de non licenci√©s c’est plus de 50% comme tu disais, donc tu vois on doit √™tre entre 12 et 15000, donc tu as entre 1 et 2 personnes pour 1000 habitants qui est triathl√®te. Si t’as pris plus ou moins le m√™me ratio √ßa permet d’avoir effectivement un peu une id√©e, √† mon avis √ßa a augment√©, maintenant je pense que les deux derni√®res ann√©es effectivement √ßa a √©t√© compliqu√©. En fait il y a eu tr√®s peu de triathl√®tes actifs puisqu’il y avait tout simplement pas de courses. Et comment tu d√©finis un triathl√®te finalement ? Est-ce que c’est celui qui fait les 3 sports, ou bien c’est celui qui s’inscrit √† une course ? 

Thibault : Exactement, c’est √† partir de quel moment que tu d√©cides que tu es triathl√®te. Est-ce que c’est pas ce que tu as particip√© √† une comp√©tition ou simplement parce que tu vas nager, tu fais du v√©lo, encha√ģner les trois sport hors comp√©tition c’est quand m√™me √† la fois rare et difficile. 

Olivier : Tu pourrais très bien faire un peu de course à pied de temps en temps, tu vas au boulot à vélo, et puis tu nages en vacances.

Thibault : Ouais, est-ce que tu peux te consid√©rer triathl√®te si tu n’as jamais encha√ģner les 3 sports √† la suite ? Hors comp√©tition, c’est quand m√™me difficile de se mettre un petit challenge en se disant ¬ę¬†tiens, je sors de la piscine¬†¬Ľ, ou si t’as une piscine chez toi ou que tu nages en mer remarque. Mais c’est quand m√™me assez restreint.

Olivier : On va refaire la d√©finition, on va dire que c’est celui ou celle qui √©coute le podcast Devenir Triathl√®te toutes les semaines, c’est pas mal √ßa haha.

Thibault : Ça peut, ça peut, haha.

Ermanno : Tu disais tout √† l’heure dans certaines de tes r√©ponses que justement il y avait certains triathl√®tes qui pr√©f√©raient faire des courses de clubs parce qu’elles seront peut-√™tre un peu moins ch√®res que des courses Ironman. C’est peut-√™tre le moment justement d’aborder la diff√©rence concurrentielle que vous apportez par rapport aux autres courses. Qu’est-ce qui fait qu’on va venir faire un Ironman plut√īt qu’u triathlon de campagne pour ainsi dire ? 

Oliver : ¬ę¬†Campagne¬†¬Ľ haha.

Thibault : Avec tout le respect que j’ai, je fais parti d’un club et on organise un ¬ę¬†triathlon de campagne¬†¬Ľ comme tu dis.

Ermanno : Non mais ça a rien de péjoratif, on parle aussi souvent des courses de campagne.

Thibault : Nan mais je suis d’accord avec toi et dans tous les cas il en faut pour tous ls go√Ľts et pour toutes les bourses, il en faut toutes les distances etc et c’est tr√®s bien.

Olivier : On va parler de triathlon indépendant alors haha.

Thibault : Bah nous on fournit d√©j√† un niveau de s√©curit√© sur nos courses c’est-√†-dire que c’est fermeture des routes, √©quipe m√©dicale renforc√©e sur renforc√©e plus que renforc√©e. On va dire que les deux points sur lesquels on met le paquet c’est la s√©curit√© et m√©dical pour que les athl√®tes soient en totale confiance, et qu’ils se concentrent uniquement sur swim, bike, run et transition, parce que souvent c’est l√† qu’on perd du temps. Mais voil√† qu’ils se concentrent vraiment sur leur sport et qu’ils n’aient pas √† se dire ¬ę¬†merde il y a une bagnole qui va arriver, faut que je fasse attention¬†¬Ľ, etc. Donc √ßa c’est le point num√©ro un.

Ermanno : Pour la petite anecdote, sur un triathlon de campagne je me suis quand m√™me pris une ambulance sur le parcours haha. Le mec revenait d’intervention, il se garait et moi je sortais du parc. 

Thibault : Au moins ils √©taient pr√™ts √† t’embarquer haha. Donc voil√† pour le plan num√©ro un, ensuite c’est l’exp√©rience, c’est-√†-dire quand tu t’inscris un Ironman, on peut dire ce qu’on veut, c’est-√†-dire que nous on va t’envoyer aussi beaucoup d’informations pour t’accompagner. Encore une fois inscrire un Ironman c’est pas un acte anodin. √áa va avoir un impact sur ta vie perso, pro, sociale, fin je pense que vous √™tes pass√©s par l√†. Heureusement qu’on fournit pas les avocat pour les divorces mais je pense que √ßa g√©n√®re quand m√™me des tensions internes, donc nous on est l√† aussi pour accompagner sur comment te pr√©parer, quels outils, quelle pr√©paration, quelle nutrition, etc… parce que c’est une exp√©rience qui est quand m√™me assez exceptionnelle, dans tous les sens du terme. Donc √ßa c’est un autre point. Il y a l’exp√©rience sur place o√Ļ quand tu viens, y’a le M dot un peu partout, alors on peut dire que c’est du marketing, et oui √ßa l’est, pour nous c’est aussi une des raisons pour lesquelles tu as envie de venir vivre l’exp√©rience Ironman, parce que du d√©but √† la fin tu vas √™tre pris en charge, √ßa va √™tre le c√īt√© un peu waouh quand tu arrives. Mais moi j’aime bien aussi faire les petites courses de campagne, parce que c’est tout simple, j’arrive le matin, je r√©cup√®re mon dossard, en trois secondes je l’ai accroch√© et je fais ma course et je m’en vais. Un Ironman c’est pas √ßa, tu viens, tu passes du temps, tu vas te promener au marchandising, etc… c’est vraiment une exp√©rience plus que juste faire une course. Elle est l√† la diff√©rence. Je parlais tout √† l’heure de y’en a pour tous les go√Ľts, il y a tellement de destinations, g√©n√©ralement quand tu vas faire un full, soit tu vas faire celui qui est √† c√īt√© de chez toi parce que c’est plus facile, soit tu mets vraiment le paquet et tu fais on va dire une exp√©rience Ironman/vacances o√Ļ tu vas emmener famille ou amis et tu te fais 10-15 jours sur place et t’en profites et √ßa rentre dans une grande exp√©rience et je pense qu’elle est l√† la diff√©rence c’est qu’on d√©passe le cadre juste de l’√©v√©nement sportif o√Ļ on apporte vraiment une exp√©rience du d√©but √† la fin, et m√™me apr√®s hein. On parlait tout √† l’heure de qualification, m√™me si tu n’arrives pas √† √™tre qualifi√©, je trouve que c’est quelque chose √† voir pour le comprendre aussi, une c√©r√©monie de slot allocation ou je me qualifie pour Hawaii, de respirer cette ambiance Ironman. Bon apr√®s je manque peut-√™tre de neutralit√© √©tant de l’int√©rieur mais on essaie de prendre un peu de recul, √ßa reste une exp√©rience assez incroyable √† vivre en Ironman du d√©but jusqu’√† la fin je pense. Peut-√™tre que vous partagez, peut-√™tre que vous partagez pas mon point de vue.

Olivier : Si si, non mais je pense que c’est devenu un symbole. C’est pas pour rien qu’il y ait quand m√™me beaucoup de gens qui se font tatouer le M de Ironman sur le mollet. 

Thibault : J’en suis pas arriv√© l√† parce que √ßa reste mon employeur quand m√™me haha.

Olivier : Mais perso moi non plus je suis pas tr√®s tatouage, mais voil√† chacun son truc. Mais c’est vrai que c’est quand m√™me fr√©quent, on en voit quand m√™me assez souvent. C’est rare d’avoir un mec qui s’est tatou√© le logo de son marathon, ou d’asso. 

Ermanno : On le voit plus chez les Olympiens en fait qui se font tatouer les anneaux.

Thibault : Oui mais on est vraiment sur un ton au-dessus. Mais parfois on se fait critiquer sur le fait que nos dossard soient trop chers, on force absolument personne, on n’est pas un bien de premi√®re n√©cessit√© c’est pas comme si on commercialisait des p√Ętes ou de l’eau fin on est sur un loisir, on force absolument personne on ne tue absolument personne, c’est-√†-dire qu’on √©crase pas les autres courses, on laisse tout le monde vivre donc il y en a vraiment pour tout le monde. Et encore une fois, ceux qui ont envie de vivre cette exp√©rience, qu’ils le fassent et qu’on les laisse tranquille aussi.

Ermanno : Juste pour apporter un peu d’eau √† ton moulin, je voulais aussi pr√©ciser que m√™me pour les spectateurs parfois c’est des supers exp√©riences. Moi j’ai accompagn√© un copain √† Francfort en 2019, je vais l’accompagner aussi √† Vitoria-Gasteiz l’ann√©e prochaine, fin cette ann√©e, et c’est vrai que quand t’es spectateur d’un Ironman √ßa peut √™tre long, m√™me les meilleurs qui font 8h, quand t’es le marie ou la femme ou le copain qui est sur le bord et qui attend que ton pote passe, et en g√©n√©ral quand il passe en v√©lo c’est super rapide, bah √ßa n’emp√™che que l’exp√©rience pour les spectateurs elle est sympa aussi.

Thibault : Ouais, t’as raison de pr√©ciser, typiquement, moi quand je choisis une destination pour aller √† un Ironman, la premi√®re personne √† qui je vais demander c’est ma femme parce que au final c’est elle qui va en subir les cons√©quences. Du coup au del√† de prendre soins de l’athl√®te qui est effectivement notre client num√©ro 1, mais le prescripteur n’est pas forc√©ment l’athl√®te. √áa peut tr√®s bien √™tre la femme qui va dire ¬ę¬†non non, t’es gentil mais tu m’emm√®nes pas je ne sais o√Ļ, on va plut√īt aller dans l’eau turquoise et profiter du soleil¬†¬Ľ. Et √ßa c’est hyper important, et du coup l’exp√©rience des spectateurs comme tu dis, elle est de plus en plus importante pour nous, d’avoir une ambiance sur la ligne d’arriv√©e, √©cran g√©ant, des speakers, de la musique, des DJ, ben oui tout √ßa √ßa a un co√Ľt mais √ßa permet aussi √† tout un chacun de profiter de l’exp√©rience et m√™me pour l’athl√®te d’avoir des supporters autour de lui, quand tu entends ton nom et que tu vois ta femme ou un copain qui t’encourage, bah tu vas acc√©l√©rer, certes que sur 200m mais tu vas acc√©l√©rer parce que tu as envie de montrer et c’est important aussi.

Olivier : On l’a tous fait haha. Et vous proposez des services pour les familles aussi ? Je veux dire pour les familles, les accompagnants quoi. 

Thibault : On va avoir parfois les IronKids donc des courses pour les gamins qui permettent aussi aux enfant d’√™tre impliqu√©s pendant les √©preuves, on va avoir selon les √©preuves certaines navettes qui peuvent √™tre mises √† dispo pour que les spectateurs accompagnant puissent acc√©der √† des points pr√©cis. Je parle surtout du parcours v√©lo parce que c’est l√† ou c’est plus difficile de circuler et d’acc√©der, on va avoir aussi r√©guli√®rement des services de restauration avec foodtruck, o√Ļ tu te poses √† la ligne d’arriv√©e, c’est le genre de service qu’on peut mettre en place pour que les accompagnant aient aussi la meilleure exp√©rience possible.

Olivier : Et en interne, mise √† part les jours de courses o√Ļ on a compris vous dormez pas beaucoup, mais tout le reste de l’ann√©e √ßa se passe comment ? C’est quoi le quotidien chez Ironman ? 

Thibault : Je dis pas qu’on recrute tous les 3 jours mais parfois je mod√®re un petit peu parce que l’ext√©rieur on a un peu l’impression que notre quotidien c’est d’aller sur le terrain pr√©parer des √©v√®nements, mais pour que les √©v√©nements se pr√©parent bien sur le terrain, on passe 90% voir 95% sur un ordinateur, sur Excel, sur PowerPoint, √† faire des plans, etc… donc c’est √ßa reste un travail majoritairement de bureau. Maintenant il y a quand m√™me une grande partie sur terrain, pour aller prendre des mesures sur place, pour rencontrer les communes travers√©es, discuter avec les autorit√©s locales etc… Mais pour que tout se passe √† peu pr√®s comme sur des roulettes, il y a √©videmment une √©norme partie du travail qui se fait au bureau comme une bonne partie des gens. Apr√®s c’est vrai que la cerise sur le g√Ęteau pour nous c’est de se retrouver tous sur le terrain pendant une semaine/10 jours, et monter √ßa et d’avoir un pic d’adr√©naline parce qu’on a beau faire √ßa depuis des ann√©es, quand tu as un √©v√®nement qui arrive bah t’as quand m√™me ce pic d’adr√©naline. Alors j’ai boss√© sur la Coupe du monde de rugby en 2007, tu travailles pour un seul √©v√©nement donc ton adr√©naline elle monte tr√®s tr√®s tr√®s haut pendant un mois de comp√©tition et d’un seul coup tu retombes et tu as plus rien. Nous on est pas l√† √† se dire qu’on a une saison compl√®te, l’ann√©e d’apr√®s on sait qu’il y a une nouvelle saison qui arrive, donc tu redescends moins bas et tu remontes assez rapidement haut puisque t’encha√ģnes un √©v√®nement quasiment tous les mois et parfois m√™me des √©v√©nements back to back o√Ļ on est oblig√© d’envoyer des √©quipes d√©j√† sur l’√©v√©nement d’apr√®s alors qu’on n’a m√™me pas encore d√©mont√© le pr√©c√©dent √©v√®nement. Cette ann√©e on va avoir Nice et les Sables qui s’encha√ģnent donc l√† il faut tout anticiper. Il y a quand m√™me pas mal de terrain, et on va dire que c’est la partie pr√©f√©r√©e de tout le monde mais il y a quand m√™me cette partie de bureau qui est non n√©gligeable voir pr√©dominante pour pouvoir passer les meilleurs moments sur le terrain. 

Ermanno : Si tu prends un √©v√©nement particulier, tu consid√®res que c’est combien de temps de pr√©paration ? En gros, est-ce que tu pr√©pares l’√©v√©nement de l’ann√©e d’apr√®s une fois que celui de l’ann√©e en cours est termin√© o√Ļ c’est plut√īt √† cheval sur deux ans ?

Thibault : C’est plus ou moins d√®s le lendemain, parce que typiquement un full on va ouvrir les inscriptions le lendemain pour l’ann√©e d’apr√®s. Un 70.3 on est g√©n√©ralement √† 9 √† 10 mois avant la course. Honn√™tement, on va dire que 1 an c’est bien pour pouvoir pr√©parer un √©v√®nement. Alors on va avoir des piques √©videmment je te dis pas qu’on est √† intensit√© √©quivalente, et heureusement parce que pendant la saison va travailler beaucoup plus que la moyenne, on va pas compter les heures etc, et pendant la saison la plus tendre l’hiver oui on passe sur des horaires un peu plus relax entre guillemets parce qu’il faut bien r√©cup√©rer de la saison que tu viens de passer, qui vient de s’√©couler. Donc on est sur des pics d’activit√©, mais oui faut environ un an pour pr√©parer un √©v√©nement. 

Olivier : C’est quoi les types de r√īle que vous avez en interne Ironman ? 

Thibault : Typiquement, je suis directeur de r√©gion et on va dire que les √©quipes qui travaillent avec moi sont les √©quipes op√©rationnelles et ensuite on va voir ce qu’on appelle les supports qui sont rattach√©s √† des bureaux. Dans les bureaux de la France on va voir la ou les fonctions marketing et commerciale, accompagnement des partenaires, les fonctions finances etc, qui sont rattach√©es √† des directions m√©tiers, avec un directeur Europe. Le directeur financier Europe est bas√© en Allemagne et il a des √©quipes finances dans plus ou moins chaque sub-r√©gions ou pays, et apr√®s moi les √©quipes op√©rationnelles sont vraiment rattach√©es et fonctionnent pour les √©v√©nements de ma r√©gion, de mon pays, et ensuite on va avoir le soutien de tous les m√©tiers, donc voil√† comment on fonctionne et √ßa marche tr√®s bien. C’est un bon √©quilibre, √ßa permet d’avoir le m√™me fonctionnement dans tous les pays et toutes les sub-r√©gions de l’Europe en tout cas et on a un fonctionnement √©quivalent partout dans le monde. 

Olivier : Quand tu dis des profils op√©rationnels, c’est quoi comme type de background ?

Thibault : C’est ce qu’on appellera vulgairement chef de projet. C’est-√†-dire qu’un directeur de course c’est le chef d’orchestre, il doit faire en sorte que la personne du marketing soit au courant de ce qui se passe sur son √©preuve, que la personne qui va g√©rer le partenaire lui pr√©cise quelle activation va √™tre mise en place parce que √ßa va avoir un impact sur la configuration de sa ligne d’arriv√©e, il va devoir g√©rer son budget, donc parler avec les √©quipes finances. Il va devoir g√©rer avec la personne qui recrute les b√©n√©voles pour estimer le nombre de b√©n√©voles n√©cessaires… C’est leur chef d’orchestre qui a √©videmment des comp√©tences op√©rationnelles et un peu logistiques, mais vraiment c’est un chef de projet. Il a une timeline, il sait √† quel moment il faut que telle ou telle chose soit mise en place, soit valid√©e, activ√©e. Il va g√©rer tous ses prestataires qui vont venir monter les barri√®res, tout ce qui est s√©curit√©, la sono, les tentes, etc… Donc c’est le garant du bon fonctionnement de l’√©v√©nement, et pour √ßa il faut pas avoir forc√©ment des comp√©tences que tu apprends √† l’√©cole, c’est clairement de l’exp√©rience, tu d√©barques pas directeur de course √† 23 ans sortie d’√©cole, il faut avoir un peu de terrain, avoir v√©cu des exp√©riences, je parlais toute √† l’heure d’√™tre capable de r√©agir avec la bonne d√©cision au bon moment, bah √ßa √ßa s’acqui√®re avec de l’exp√©rience donc avant de pouvoir devenir un directeur de courses il faut avoir touch√© un peu √† diff√©rents aspects donc √ßa peut √™tre d’√™tre focalis√© uniquement sur le bike par exemple. Donc tu te concentres que sur le parcours v√©lo, ce qui va se passer sur le v√©lo, ensuite tu vas peut-√™tre toucher √† d’autres choses : genre les ravitaillements. Et une fois que tu as une vision un peu plus compl√®te et un peu de bagage op√©rationnel, l√† tu peux pr√©tendre √† devenir directeur de courses parce que tu as une vision un peu plus globale.

Olivier : Vous avez un directeur de courses par épreuve ?

Thibault : C’est le fonctionnement qu’on a √† l’heure actuelle, apr√®s si on est amen√© √† grandir pourquoi pas en avoir plusieurs. G√©n√©ralement un directeur de course g√®re son √©preuve et on est aussi impliqu√© avec un franchis√©. C’est-√†-dire qu’il va l’aider, l’accompagner en plus sur par exemple la course du Maroc. Mais c’est vrai que typiquement quand j’√©tais chez A.S.O, j’avais cinq ou six courses √† pied, l’implication sur un triathlon est quand m√™me un cran au-dessus. T’as toutes les communes √† g√©rer sur le parcours v√©lo, √ßa repr√©sente vraiment beaucoup de travail. Et aussi qu’on revendique l’excellence, une exp√©rience premium, donc on se doit vraiment d’√™tre aux petits oignons sur l’ensemble des aspects sur nos courses donc pour le moment on est sur un mod√®le o√Ļ c’est plus ou moins : un directeur g√®re une seule course.

Ermanno : Et toi ton r√īle justement c’est d’√™tre le directeur des directeurs de course ? Pour sch√©matiser un peu.

Thibault : Alors moi je suis le directeur op√©rationnel qui fait en sorte que. Moi mon r√īle est plus sur l’aspect manag√©riale, si tu me demandes √† quelle heure a lieu le swim de Nice, je sais pas forc√©ment r√©pondre et c’est pas moi, c’est pas mon job. Moi mon r√īle c’est de faire en sorte que les √©quipes sont toutes √† leur place, que tout le monde marche dans la m√™me direction et les m√™mes d’objectifs, travaillent pour les m√™mes objectifs. Aussi d√©velopper la marque, d’√™tre un peu le garant de la marque sur les diff√©rents territoire cit√©s au d√©but. Et de g√©rer l’entreprise Ironman en France et dans les autres territoires. On va dire plus garant de la strat√©gie et du management des √©quipes dans leur globalit√©. 

Olivier : Et en interne, vous √™tes tous triathl√®tes ? 

Thibault : Non, pas tous. J’encourage chacun de nos staffs, pas forc√©ment √† faire un Ironman, mais au moins d’avoir √©t√© en contact hors de nos √©preuves en tant qu’athl√®te, je pense que √ßa aide √† comprendre aussi le ressenti et le besoin de nos athl√®tes.

Olivier : Ha bah le message est passé haha.

Ermanno : Donc maintenant t’as pas le choix, t’es oblig√© de partager notre podcast √† tout Ironman Europe haha.

Thibault : Haha. Maus du coup non, c’est pas forc√©ment une obligation, et √† la limite quand on recrute, je suis pas forc√©ment pour recruter des triathl√®tes avant tout parce que le risque peut-√™tre c’est qu’ils soient un peu trop tout foufou et excit√©s au moment o√Ļ tu vas arriver sur une course. Alors que quelqu’un qui a d√©j√† touch√© au triathlon mais qui est pas un grand fan il aura beaucoup plus de recul sur l’√©preuve. Il sera peut-√™tre moins √©toiles dans les yeux avec la marque Ironman etc… 

Olivier : Obnubil√© par Frodeno qui passe la ligne d’arriv√©e.

Thibault : Exactement, aller prendre en selfie, on est pas l√† pour √ßa clairement. Du coup quand tu as un peu plus de recul sur notre discipline et notre univers effectivement c’est pas que tu t’en fiches, t’as connaissance et conscience de qui est Frodeno mais t’es pas l√† √† lui courir apr√®s pour avoir un mot ou un selfie avec lui quoi. 

Olivier : Apr√®s je pense que √ßa fait quand m√™me r√™v√© pas mal de triathl√®tes de se dire ¬ę¬†je vais bosser chez Ironman¬†¬Ľ. Vous recrutez en ce moment ? Bon alors je sais pas quand sortira l’√©pisode donc je sais pas si ce sera encore d’actualit√© mais si c’est le cas c’est peut-√™tre le moment de faire passer le message.

Thibault : Non en ce moment on recrute un stagiaire mais l√† on vient de recruter de nouvelles personnes sur la partie Marketing donc non, forc√©ment il y a des recrutements ouverts, on vous invite √† regarder r√©guli√®rement. L’avantage aussi c’est qu’on a des bureaux en France, on a des bureaux partout en Europe on a r√©guli√®rement, que ce soit en Espagne, en Allemagne, au Royaume-Uni, des recrutements ouverts donc n’h√©sitez pas √† regarder le site de recrutement Ironman. 

Olivier : Ça marche, le message est passé.

Ermanno : Justement on a mis tout de suite les pieds dans le plat aujourd’hui on a commenc√© √† parler directement d’Ironman et tr√®s peu de toi finalement, peut-√™tre nous diriger vers la fin on va peut-√™tre pouvoir revenir √† toi. On l’a compris avant l’exp√©rience Ironman tu as eu d’autres exp√©riences notamment avec √† A.S.O, et c’√©tait pour reboucler un petit peu avec justement des recrutements qui pourraient √™tre ouverts ou des profils que vous pourriez rechercher, hors des profils support technique je sais pas je parle marketing, finance… c’est s√Ľr que tu vas pas forc√©ment chercher des gens qui ont de l’exp√©rience dans le triathlon ou du moins dans d’autres domaines de sport, mais toi, pour revenir √† toi, tu as fait quelle formation et quelle exp√©rience tu as eu pour pouvoir arriver chez Ironman ? 

Thibault : Alors j’ai fait une √©cole de commerce √† Angers, c’est pas l√† que j’ai appris mon m√©tier. J’ai toujours √©t√© passionn√© par le sport, c’est un d√©tail mais j’√©tais pr√©sident du Bureau des Sports √† l’√©cole, et au final √† niveau √©tudiant universitaire c’est d√©j√† un premier pas dans ce que tu as envie de faire. Et tout de suite j’ai voulu bascul√© sur sur la partie m√©tier sport donc c’est comme √ßa que je suis rentr√©. J’ai fais mon premier stage de fin d’√©tudes √† la Coupe du monde de rugby et ensuite j’ai trouv√© mon premier job chez A.S.O sur une partie sponsoring, commerciale, et c’est comme √ßa que j’y suis rest√©, que j’ai grandi au sein de la bo√ģte, et apr√®s c’est des opportunit√©s, c’est un √©tat d’esprit. Aujourd’hui quand je recrute c’est pas forc√©ment sur des comp√©tences techniques, aussi beaucoup sur un √©tat d’esprit. C’est-√†-dire que typiquement le dernier recrutement qu’on ait fait, on a eu des candidats qui venaient du milieu de la banque, de la tech, etc… Je pense que ce que je disais auparavant c’est que j’ai pas appris mon m√©tier √† l’√©cole, je l’ai appris avec le terrain, avec l’exp√©rience, les opportunit√©s, parfois il faut aussi savoir : d’une, √™tre patient, et de deux, aussi bousculer un peu les portes. Du coup aujourd’hui j’ai une √©quipe qui fonctionne tr√®s bien et j’ai envie que ce fonctionnement se maintienne et du coup je pr√©f√®re avoir une personnalit√© qui rentre parfaitement dans l’√©quipe plut√īt qu’une comp√©tence sp√©cifique o√Ļ je pense que si tu es malin et si tu as du bon sens, tu vas l’acqu√©rir assez rapidement, alors que l’√©tat d’esprit c’est plus difficile √† acqu√©rir, tu l’as ou tu l’as pas. Donc je me concentre plus sur √ßa, sur une fa√ßon d’√™tre, et un √©tat d’esprit plut√īt que des comp√©tences particuli√®res. √Čvidemment il faut quand m√™me avoir un peu de comp√©tences en lien avec le m√©tier que tu vas exercer, mais √† 2 candidats √† plus ou moins comp√©tences √©quivalentes, c’est l’√©tat d’esprit qui fera la diff√©rence. C’est hyper important parce que, je l’ai r√©p√©t√© plusieurs fois pendant le podcast, on fait un m√©tier o√Ļ on est sans filet, o√Ļ il faut se serrer les coudes, o√Ļ si toi tu es dispo et tu vois ton petit camarade qui est en telle ou telle gal√®re, sur tel ou tel point du parcours ou de la transition, tout de suite tu vas aller filer un coup de main, et √ßa c’est un √©tat d’esprit √† avoir. T’es s√Ľre de l’√©v√©nementiel, on se serre les coudes et on avance tous ensemble dans la m√™me direction. Si je peux donner un conseil ce serait d’avoir un esprit collectif, d’√©quipe, une ouverture d’esprit et la volont√© d’apprendre et c’est ce qui, pour moi, prime sur beaucoup de choses.

Olivier : L’√©v√®nementiel c’est quand m√™me un domaine qui est tr√®s particulier, avec beaucoup de stress en peu de temps. Tu te vois faire √ßa toute ta vie ou bien tu dis il y a un moment ou peut-√™tre que je me prendrais un job un peu plus cool ?

Thibault : En fait j’aime tellement ce que je fais que pour l’instant je me vois pas faire autre chose. En plus l√† on en a parl√© mais avec les acquisitions qu’on a fait derni√®rement, √ßa ouvre une multitude de perspective. Et √† aucun moment je me dis j’ai fait un peu le tour et je vais m’ennuyer dans les prochaines ann√©es, c’est tout le contraire, donc d√©j√† √ßa √ßa joue beaucoup. J’ai pris un peu plus de recul sur l’op√©rationnel et j’en ai fait beaucoup, c’est √ßa qui est vraiment stressant. Alors je dis pas que quand je vais sur les √©v√©nements, je prends √ßa par-dessus la jambe et je me dis que c’est pas mon r√īle d’organiser l’√©preuve il y a une √©quipe pour √ßa. √Čvidemment que non. Si il y a un probl√®me sur l’√©preuve, je suis le premier √† prendre et qu’on viendra chercher donc √©videmment que √ßa m’importe. Du coup on va dire que je suis moins les mains dans le cambouis et dans l’op√©rationnel pure donc j’ai moins ce stresse et aussi peut-√™tre un peu plus de bouteille par rapport √† √ßa et d’exp√©rience et du coup j’arrive √† g√©rer le stress maintenant compl√®tement diff√©remment donc √ßa m’impacte moins. C’est juste que je suis plus souvent en vadrouille sur les √©v√©nements de la r√©gion, tu vas me faire peut-√™tre une dizaine de weekend dans l’ann√©e, c’est √ßa qui prend du temps, j’ai une femme, des enfants, il faut r√©ussir √† jongler avec tout √ßa quoi. Mais en soi pour mon m√©tier, pour r√©pondre √† ta question, non aujourd’hui je ne me vois pas faire autre chose que √ßa parce que je prends un tel pied, et on est sur une marque, sur des √©v√©nements qui sont qui sont fascinants et je pense qu’il y a encore beaucoup de choses √† faire dans les ann√©es √† venir et notamment en Belgique haha. 

Ermanno : En tout cas, il y en a un qu’on avait crois√© et qui a l’air de bien g√©rer la pression notamment sur l’organisation des courses. Tu parlais tout √† l’heure que justement en Belgique il y avait 2 champions du monde qui venaient de Belgique, c’√©tait Frederik Van Lierde qu’on avait re√ßu √† propos de l’un des triathlons qu’il organise, dis c’est vrai qu’il a l’air de bien savoir g√©rer la pression. Donc on serait impatient de voir comment toi tu g√®res sur une course. Donc on viendra peut-√™tre faire un petit tour un de ces quatre.

Thibault : N’h√©sitez pas, vous √™tes les bienvenus.

Olivier : Et sinon quels sont tes objectifs prochainement, tu as des triathlons à venir dans les mois ?

Thibault : Alors c’est compliqu√©, j’aimerais bien peut-√™tre faire Vichy, en tout cas 70.3 √ßa me permet de voir un peu de l’int√©rieur et sinon peut-√™tre Tanger, fin octobre au Maroc, premi√®re √©dition. Je suis all√© voir le site de course qui est g√©nial, c’est pas loin, c’est facile d’acc√®s et c’est un spot vraiment cool et fin octobre c’est fin de saison, tu y vas avec femme et enfants, √ßa permet de passer un peu de temps au soleil quand g√©n√©ralement en France il fait moins beau et moins chaud, donc c’est une bonne destination. 

Olivier : C’est le 2√®me au Maroc c’est √ßa ? Il y avait d√©j√† Marrakech.

Thibault : Il y a eu Marrakech et on a d√©cid√© de d√©m√©nager parce que Marrakech a √©t√© annul√© en 2020-2021 et du coup on a d√©cid√© de relancer la marque Ironman plut√īt √† Tanger pour de multiples raisons et notamment logistiques parce que le site de courses encore une fois c’est assez extraordinaire parce que tu nages dans la M√©diterran√©e et tu roules le long de l’Atlantique, tu sais il y a peu de villes et d’endroits dans le monde ou je peux faire √ßa et du coup tu vois vraiment la diff√©rence et les routes sont incroyables contrairement √† ce qu’on pourrait penser. 

Olivier : Et bah écoute bon à savoir, on le note.

Thibault : Pour le coup je pense qu’il y a peut-√™tre moyen de se qualifier plus facilement par rapport au nombre d’athl√®tes et de slots disponibles. 

Olivier : Bon bah ce sera pas tomb√© dans l’oreille d’un sourd. 

Ermanno : Thibault on a une autre tradition dans ce podcast qui s’appelle ¬ę¬†devenir triathl√®te¬†¬Ľ, un peu la question de cl√īture : √† ton avis quel est le meilleur moyen pour devenir triathl√®te ?

Thibault : √ätre pote avec des triathl√®te. D√©j√† parce que tu vas te faire Brainwasher parce qu’ils vont te dire aller viens essayer. Ensuite le triathlon, m√™me si c’est un sport qui se pratiquent individuellement, je pense qu’il y a quand m√™me un esprit de groupe √† avoir. En tout cas je vais faire de la piste avec le club, des sorties v√©lo… C’est important d’√™tre entour√© notamment quand tu commences le sport, parce que comme je le disais √ßa fait peur, tu sais pas trop comment tu g√®res tel encha√ģnement etc… donc d’√™tre entour√© d’amis triathl√®tes qui peuvent te guider je pense que c’est essentiel. Donc c’est bateau mais le conseil que je donnerai c’est d’√™tre entour√© d’amis qui ont soit d√©j√† go√Ľt√© au triathlon soit qui en font actuellement ce sera la meilleure fa√ßon d’√™tre guid√©, √™tre mis sur les bons rails pour te lancer sur ce sport absolument g√©nial.

Olivier : Alors pour le coup je trouve que c’est une bonne id√©e parce que c’est vrai que souvent quand tu as une soir√©e ou quoi avec des triathl√®tes et non triathl√®tes, quoi qu’il arrive les triathl√®tes vont parler triathlon toute la soir√©e. Donc effectivement si tu te retrouves en minorit√©, √† ce moment-l√† √ßa peut donner envie ou alors au contraire.

Ermanno : C’est marrant parce que t’es la deuxi√®me personne √† nous dire √ßa, H√©l√®ne Guillaume nous a dit √† peu pr√®s la m√™me chose, c’est de s’entourer de triathl√®tes pour pouvoir te donner envie d’y aller.

Thibault :  Mais pas que, il faut sortir un peu aussi du triathlon.

Ermanno : Et puis, la derni√®re question vraiment de cl√īture c’est : si on veut te suivre toi, si on veut continuer la discussion ou si on veut en savoir plus sur les diff√©rentes √©preuves Ironman un petit peu partout dans le monde, quel est le meilleur moyen de le faire ?

Thibault : Probablement sur LinkedIn, je post quelques actus sur ma région, au niveau du développement qui peut y avoir.

Olivier : Ok super ça marche. Et puis Ironman.com

Thibault : Oui c’est une plate-forme qui est plut√īt bien faite encore une fois tu peux chercher selon la course que tu as envie de faire, d√©nivel√©, nager dans un lac, tu peux chercher par pays, etc… Donc √ßa recense toutes nos √©preuves √† l’ann√©e, je pense que dans le catalogue de courses chacun peut y trouver son choix qui matchera avec ses disponibilit√©s. 

Ermanno : Finalement la seule info que vous mettez pas, c’est le nombre de slots ouverts.

Thibault : Ah si si je crois que tu peux trouver en cherchant sur l’√©preuve. Tu ne vois pas en live le nombre de concurrents inscrits mais pareil on met r√©guli√®rement les listes d’inscrits √† jour. 

Ermanno : Thibault, merci beaucoup pour le temps que tu nous as accord√©, merci pour cet √©change super sympa, super int√©ressant. Et puis bah qu’est-ce qu’on peut te souhaiter ? Que les prochaines cours se passent bien et puis qu’on se retrouve peut-√™tre √† Nice, √† Vichy, ou aux Sables un de ces quatre ?

Thibault : Exactement, et ben merci aussi √† vous deux les gars. Et oui, nous souhaiter une bonne saison 2022, un retour √† la normal et plein de sourires sur les lignes d’arriv√©es avec des ¬ę¬†You are an Ironman¬†¬Ľ en veux tu en voil√†.

Olivier : Ah oui on espère que la saison 2022 sera On Fire.


Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie priv√©e et l’opt-out.

co-fondateur du podcast et co-auteur du livre DEVENIR TRIATHL√ąTE
About the Author
Podcasts ūüéô, SwimRun ūüŹäūüŹĽūüŹÉ, pr√©pa du d√©fi Agrippa2022 et Papa x 4 enfants je cours apr√®s le temps, mes passions et mes petits amours.